Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 16:11

Non, les "Jours Heureux", les vrais, n'auront pas lieu en 2015. Car les “Jours Heureux” , avant d'être un festival de spectacle vivant Jeune Public, c'était un esprit. L'esprit de la transversalité culturelle inter-services d'une Mairie, avec la mise en place au fil des éditions d'une dynamique mobilisant l'ensemble des services culturels, petite enfance et jeunesse, mais aussi des services techniques et des agents municipaux en général .
Avec la participation des jeunes Angloys du centre de loisirs municipal, avec la création de la compagnie des Rêvalistes, une troupe d'enfants ayant atteint un niveau professionnel, encadrée et accompagnée par des professionnels, et jouant pour leurs copains de Baroja, c'était aussi un lien avec les familles.
Puis c'était aussi un Parrain ou une Marraine qui donnait son sens au Festival. Merci a Sophie Forte et Thierry Malandain, les parrains des 2 dernières éditions.

Un ersatz de Jours Heureux

En chargeant la Scène Nationale d'improviser une édition 2015, c'est une simple opération de communication électorale que nous propose le Maire d'Anglet et son adjoint à la Culture. Oui, il y aura bien sûr de la diffusion de spectacle vivant destiné aux enfants. La diffusion, c'est le savoir faire de la Scène Nationale. Mais encore lui faut-il du temps.
Mr Burucoa le sait bien, lui qui demandait le report en 2016 de la commande municipale. Une diffusion de festival, ça demande un an de préparation. Et un esprit, ça ne s'improvise pas.
Par ailleurs, le métier de la Scène Nationale n'est pas de se substituer à une dynamique municipale.

Un ersatz de Jours Heureux

Il y aura donc un festival, mais nous demandons à la municipalité de modifier son nom, puisque elle modifie la logique et l'esprit des “Jours Heureux”, au point de vouloir en faire un concurrent du festival Jeune Public de Blanquefort.
Quel dommage de n'avoir pas conservé l’internalisation de ce festival , de ne pas avoir chargé les services municipaux de sa mise en place, en particulier les services Jeunesse et Culture, et de ne pas vouloir lui garder son caractère familial. Je serais à la place de l'adjointe a la Jeunesse, j'en serais vexé. Car elle disposait de toutes les compétences dans ses services, et avec le soutien des services culturels, pour prendre en charge l'organisation de ce Festival et lui conserver son esprit.

Un ersatz de Jours Heureux

Quand enfin je lis que le Festival jeune public doit avoir lieu le week-end de l'Ascension, date du festival des arts de la Rue de Biarritz, nous disons: bravo pour la coordination culturelle dans l'Agglomération.
Il y aura un Festival, mais à quel prix? Je maintiens mes déclarations de Décembre quand j’annonçais la disparition des ”Jours Heureux”: car il n'y avait à cette époque rien de prévu au budget culture 2015 pour ce Festival, preuve supplémentaire de son improvisation.

Beaucoup, de ces remarques valent aussi en ce qui concerne le Festival des Arts de la Parole, qui serait lui aussi sauvé . Il serait confié à la bibliothèque . Un bien sans doute pour l'intelligence et le croisement des actions avec d’autres services municipaux. Et nous faisons confiance aux équipes de la Bibliothèque pour la qualité des propositions qui seront faites. Mais une difficulté car le personnel de la Bibliothèque est déjà saturé par ses missions de base. Pourquoi ne pas afficher une organisation des "Mots Ouverts" par le service Culture? La bibliothèque serait-elle redevenue comme avant notre arrivée en 2008 un ilot indépendant ?

Une politique culturelle ne s'improvise pas. Elle évolue avec la société, et on ne peut reproduire 20 ans après les schémas et les propositions qui étaient de mise dans les années 90. Mais c'est vrai, notre nouvelle municipalité n'a qu'un credo: c'était mieux au siècle dernier

Un ersatz de Jours Heureux

Partager cet article

Repost 0