Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 15:14

Présenté sous la forme de dérogations exceptionnelles autorisées par la loi Macron, le principe du travail du Dimanche a été le sujet de débats animés tant au Conseil d'Agglomération Côte Basque Adour qu'en Conseil Municipal à Anglet.
Vous trouverez ci-joint la déclaration faite en Conseil d'Agglomération par Henri Etcheto pour expliquer notre position commune (Vote contre), ainsi que la déclaration de Sandra Pereira pour notre groupe "Anglet, l'Avenir avec Vous" en Conseil Municipal d'Anglet.


ACBA: Déclaration d'Henri Etcheto

OJ 13 – Demande de dérogation au repos dominical

Monsieur le Président,

Je voterai contre cette délibération…

Je rappellerai avant tout que la législation permet déjà à cet établissement, comme à toutes les enseignes alimentaires d’ouvrir le dimanche matin.

Je voudrais souligner ensuite le caractère dérisoire de la justification apportée à cette dérogation consentie à cet établissement de vente alimentaire au motif que son ouverture le dimanche après-midi des 18, 25 octobre, 1er novembre et 27 décembre serait, je cite la délibération, « indispensable à l’attractivité touristique du quartier de la Chambre d’Amour ».

Mais surtout, vous l’aurez compris, mon opposition se fonde sur le fait que je fais partie, avec bien d’autres, de celles et de ceux qui ne croient pas du tout aux « vertus » de la dérégulation sociale et commerciale, surtout en matière de repos dominical. Ce sont bien entendu les salariés les plus modestes, ceux qui sont le plus exposés à la rude pression du marché de l’emploi, qui subiront les premiers cette nouvelle contrainte qui mettra d’abord les plus fragiles d’entre eux en concurrence.

J’ajoute, puisque nous sommes ici en conseil d’agglomération, que ce genre de dérogation est également de nature à créer des distorsions de concurrence commerciale cette fois, dans nos villes, avec les autres enseignes comparables et voisines, et surtout, ce qui m’importe d’ailleurs le plus pour le modèle d’urbanité qui me tient à coeur, avec les petits commerces d’Anglet, de Biarritz ou de Bayonne qui ne disposent pas eux des mêmes moyens pour rivaliser sur ce plan avec les surfaces commerciales de plus grande dimension.

Voilà les raisons, mes chers collègues, pour lesquelles je voterai avec mon collègue Guy Mondorge contre cette délibération.



Délibération 3 – « Carrefour City » du 20 avenue Guynemer – Repos dominical des salariés - Demande de dérogations supplémentaires dans le cadre de la loi Macron

Intervention de Sandra PEREIRA

Monsieur le Maire, Cher(e)s Collègues,

Nous voterons CONTRE cette délibération pour la 4ème fois.

Nous ne reviendrons pas sur l’ensemble des raisons déjà exprimées par notre groupe à différentes reprises et le 29 juin dernier encore, à l’occasion de la précédente demande de dérogation au repos dominical des salariés du Carrefour City d’Anglet. Nous dénoncions la logique consumériste qui s’impose avant la dimension sociale, familiale, spirituelle de l’existence.

Cher(e)s collègues, force est de constater que nous sommes donc une nouvelle fois amenés à nous prononcer sur cette question visant à supprimer in fine quatre dimanches aux salariés du magasin au motif que l'ouverture du magasin le dimanche est [...indispensable à l'attractivité du pôle touristique ...de la Chambre d'Amour]. S'agissant de l'attractivité touristique de ce quartier, elle ne nous semble plus à démontrer.

Le groupe d’opposition Anglet, l’Avenir Avec Vous tient à rappeler fermement son opposition à la banalisation du travail du dimanche, à sa généralisation demain. Attentifs aux conditions de travail des salariés, aux travailleurs pauvres, aux temps partiels contraints, aux étudiants qui travaillent pour financer leurs études..., nous réaffirmons que c’est bien la question du pouvoir d’achat qui oblige la majorité de ces travailleurs à accepter de travailler (aussi) le dimanche. Le volontariat des salariés dans le domaine du travail le dimanche, nous le savons tous, est un véritable leurre face à un patron et son leitmotiv du chantage à l’emploi.

Nous voterons donc contre la banalisation du travail le dimanche et ses contraintes sociales et familiales, nous voterons contre cette délibération ; rappelant que la loi n’interdit pas les gérants du Carrefour City à travailler, s’ils le souhaitent, le dimanche.

Partager cet article

Repost 0