Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 10:52

Un dessin vaut souvent mieux qu'un discours.
Qu'est-ce qu'un bassin de vie en Province? On admet qu'il s'agit d'une zone allant de 20km à 40 km autour d'un grand centre administratif ,commercial et de services, et dans laquelle les déplacements de personnes et les échanges sont quotidiens.
Soyons donc larges et traçons un cercle bleu de 40km autour des 2 pôles départementaux que sont Pau et Bayonne. Et nous pouvons visualiser les bassins de vie de ces 2 pôles.
Traçons en rouge les limites de la collectivité territoriale unique Pays Basque proposée par le préfet. On constate sans surprise qu'elle interfère avec les 2 bassins de vie et qu'une bonne partie de son territoire n'entre dans aucun des 2 bassins de vie! Y a-t-il une cohérence administrative, politique, économique, ou tout simplement de vie quotidienne dans le découpage de cette communauté de communes?

Collectivité Territoriale Pays Basque: Le mythe entretenu

A l'intérieur de la zone rouge, une seule communauté de commune.
A l'intérieur du cercle bleu autour de Pau, le préfet propose 7 communautés de communes. Pourquoi? les Béarnais seraient-ils incapables de vivre ensemble? Ou le préfet ne leur a-t-il trouvé aucun point commun? Très objectivement, cette différence Est-Ouest est incompréhensible.

Tant qu'à poser des questions, j'ai dessiné en vert la zone prioritairement et historiquement gasconophone du territoire Pays Pays basque. Il peut paraître géographiquement réduit, mais représente près de la moitié de la population de l'EPCI proposé. Comment comprendre que cette spécificité ne soit jamais abordée, ni dans les compétences prévues, ni simplement comme une évidence qui ôterait toute logique à un découpage territorial uniquement basé sur l'idée fausse d' une seule langue et une seule culture régionales.

Certains diront que mes arguments sont simplistes. Mais ils ne le sont pas plus que ceux que j'entends quotidiennement (Voir l'article précédent sur les déclarations d'EAJ-PNV)
Avant de débattre ou de se chamailler sur le nombre d'élus, les possibilités ou impossibilités de gouvernance, les compétences transférées ou pas, la première question ne serait-elle pas de trancher sur la logique d'une agglomération à 80% rurale. Les habitants et les élus de ces 80% de terres rurales n'auraient ils pas plus à gagner à se regrouper entre eux.

Et quand on voit que le bassin de vie de Pau déborde largement sur le département 65, et que celui de Bayonne déborde largement sur le 40, le rôle des préfets et des préfets de région ne serait-il pas , pour construire de vraies communautés de communes efficaces et signifiantes, de faire sauter les limites départementales vestiges de la révolution de 1789 et de s'intéresser à la vraie vie d'aujourd'hui, et pas aux mythologies du passé.

Par contre il y a urgence à sauver nos langues régionales. Mais là, c'est un autre problème.

Partager cet article

Repost 0