Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 21:09

Le Président de l'ACBA et Maire de Bayonne s'est-il senti tellement isolé devant la fronde des 4 autres maires de l'Agglomération Côte Basque Adour sur ce sujet clivant entre les divers élus du territoire?
Sans doute puisque pour reprendre la main il fait mine de lancer 2 études "indépendantes" sur la fiscalité et la gouvernance.
Lui, le fervent défenseur successif d'un département basque, puis d'une collectivité spécifique, était pourtant devenu ces derniers temps, sous sa casquette de Président du Conseil des élus du Pays Basque, l'apôtre d'une intercommunalité unique. Aurait-il subitement des doutes existentiels ?

En semblant céder à leur pression, il joue cependant ainsi un mauvais tour à ses 4 collègues en les obligeant à tenir en conférence de presse des propos alambiqués rapportés par le journal Sud-Ouest...Langue de bois, quand tu nous tiens...

La volte-face de Jean René Etchegaray sur l'Intercommunalité unique Pays Basque

En page Biarritz du même journal, Guy Lafite, premier adjoint au maire de Biarritz, tient lui des propos beaucoup plus clairs , circonstanciés et argumentés, sans le secours d'un cabinet conseil. Dit-il tout haut ce que son maire pense tout bas ? On ne perdrait pas beaucoup en le pariant.

La volte-face de Jean René Etchegaray sur l'Intercommunalité unique Pays Basque
La volte-face de Jean René Etchegaray sur l'Intercommunalité unique Pays Basque

Le débat paraît bien lancé, certes dans la précipitation, mais fait beaucoup d'inquiétudes semble-t-il.
En effet de son côté le Président du SCOT (Schéma de cohérence territoriale), qui rassemble 48 communes du Nord et du Sud de l'Adour dont les 5 communes de l'ACBA, lance aussi un autre cabinet conseil sur les traces des cohérences ou des incohérences de ses travaux avec la proposition préfectorale.

Un feuilleton qui sera passionnant à suivre. Surtout quand les 158 maires du territoire concernés se mettront eux aussi à exprimer publiquement leur avis sur cette question.

Quand on connait, depuis des années, les tensions existantes entre certaines petites communautés de communes de Basse Navarre, et même parfois les difficultés de cohabitation entre communes d'une même communauté, on a du mal à imaginer comment un consensus solide pourrait se bâtir en quelques semaines.

A moins de croire au miracle...

Partager cet article

Repost 0