Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 17:07

On ignore à ce jour les compétences que pourrait prendre une éventuelle agglomération Pays Basque.
Mais ce qui est certain, si elle exclut obstinément la rive droite de l'Adour, c'est qu'elle sera incapable de traiter un certain nombre de problèmes liés à ce fleuve qui est actuellement l'un des enjeux de l'ACBA , en terme économique et portuaire bien sûr, mais également en raison des problèmes de qualité des eaux et ses conséquences sur les eaux de baignade et les plages.

L'Adour à Bayonne St Bernard le 26/11/2015

L'Adour à Bayonne St Bernard le 26/11/2015

Le SAGE Adour Aval (Schéma d'aménagement et de gestion des eaux) concerne tout le cours de l'Adour, de l'embouchure à Anglet et Tarnos jusqu'à Dax. C'est ce SAGE en cours de mise en place qui permettra une meilleure gestion de l'entretien des rives droite et gauche du fleuve, C'est lui qui permettra d'éviter de voir nos plages polluées par les rejets de troncs,de branchages mais aussi d'objets divers emportés par les crues parce qu'ils sont abandonnés à proximité des berges par les riverains.
L' agglomération Pays Basque en débat n'aurait compétence que sur un petit bout de rive gauche , d'Anglet à Guiche, et d'une minuscule partie de la rive droite (Bayonne et Boucau).

Pourtant la vie de Bayonne, Boucau et Anglet a de tout temps dépendu du fleuve. Et les échanges économiques qui ont fait vivre ces 3 communes ont toujours dépendu du lien que le fleuve permettait avec le sud des Landes, jusques et y compris Capbreton et Port d'Albret avant que Louis de Foix ne canalise l'Adour.

l'Adour à la Cale de Boucau 26/11/2015
l'Adour à la Cale de Boucau 26/11/2015

l'Adour à la Cale de Boucau 26/11/2015

Et que dire des problématiques d'assainissement , de traitement des eaux, de déversements divers et variés dans ce fleuve nourricier. Comment imaginer que laisser perdurer des compétences partagées entre territoires indépendants permettra d'arriver à des solutions efficaces et pérennes.
Nous en avons eu malheureusement un exemple ces derniers jours. Ces cas avérés ne sont malheureusement que la partie émergée de pratiques individuelles ou collectives que seule une intégration de traitement à l'échelle d'un bassin de vie cohérent permettra de faire disparaître.

L'agglomération que nous propose l'Etat n'est pas cette échelle cohérente pour des problématiques quotidiennes partagées.

Les limites d'une agglomération excluant la rive droite de l'Adour

Partager cet article

Repost 0