Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 22:28

Avons nous assisté ce soir à un grand jeu de dupes? Le nouveau président, Claude Olive, Maire d'Anglet, a-t-il été élu parce qu'il voulait l'être pour les 4 ans qui viennent, ou l'a-t-il été parce que personne ne voulait y aller?
10 mois précèdent la décision inéluctable du préfet de dissoudre l'ACBA dans une communauté XXL ingouvernable. Quelqu'un croit-il encore à l'ACBA ?
Les 4 maires ont-ils simplement voulu torpiller JR Etchegaray et Martine Bisauta? Ou croient-ils vraiment à la recette de pièce montée qu'ils ont proposée comme alternative à l'EPCI Pays Basque?
Qu'y avait-il dans les têtes de nos grands élus à l'heure de mettre leur bulletin dans l'urne? Comme sur la photo ci dessous, ont-ils du mal à se regarder en face?
Et que présagent pour les mois à venir les peaux de banane glissées sous les pieds d'Anthony Bleuze, de Sylvie Durruty ou de Florence Lasserre au moment de briguer vice- présidence ou poste au Bureau d'Agglo. Saine ambiance dont se délectait semble -t-il Max Brisson ronronnant comme un vieux matou.
Les 4 élus de l'opposition de Gauche (Marie Jo Espiaube, Colette Capdevielle, Henri Etcheto et moi) avons choisi de ne pas participer à cette mascarade et nous n'avons donc pas voté.

Agglomération Côte Basque Adour: un président par défaut?

Messieurs les Maires, vous savez tellement bien faire les choses, du moins médiatiquement. Vous aviez si bien su monter votre conférence de presse puis rédiger une motion commune pour défendre votre position sur l’EPCI Pays Basque.
Combien il aurait été signifiant, dans la foulée, que les 4 maires frondeurs de l’ACBA se retrouvent, il y a 8 ou 10 jours, devant les journalistes afin d’expliquer pourquoi et comment ils avaient obtenu la démission du Président Etchegarray. A cette occasion ils auraient également pu présenter celui qu’ ils avaient choisi parmi eux, ou dans leurs équipes, pour porter la nouvelle présidence. Et surtout ils auraient pu dire qu’est ce que cela allait changer dans la gouvernance et les objectifs de notre agglomération.

En lieu et place de ce scénario responsable, il a fallu attendre la soirée cidrerie des Fêtes d’Anglet pour que le bon peuple entende filtrer à l’heure de l’apéritif l’hypothèse d’une présidence de Claude Olive. Pourquoi ? Pour faire quoi ?
Est-ce un consensus dynamique porteur d’une nouvelle ambition pérenne en capacité d’offrir une alternative politique et économique crédible à la machine à perdre démocratique manufacturée par le préfet pour un Pays Basque de conte de fées . Ou est ce simplement un consensus mou pour donner du temps au temps et attendre le couperet qui mettrait fin à une présidence transitoire ?
Tous les doutes sont aujourd’hui permis.

J’ai vécu, de 2008 à 2014, 6 ans de gouvernance de l’ACBA pendant lesquelles les divergences politiques de fond entre les équipes municipales en place n’avaient pas empêché une synthèse efficace des choix d’agglomération , des prises de décision lourdes et une vision partagée sur des sujets essentiels.
Ces 2 dernières années me laissent le goût amer d’un immobilisme absolu, de querelles permanentes, d’absence de vision commune, de retour à la politique de guichet où chacun vient chercher à l’ACBA ce qui lui manque pour ses petits projets municipaux, et où rien ne se construit à moyen ou long terme. Il n’y a qu’à voir le roman feuilleton du TCSP qui parait avoir emprunté son rythme à la série inspecteur Derrick

Je crains que la présidence de Claude Olive ne soit qu'une redite de ce triste constat. Et si en plus elle ne devait être qu'éphémère, toutes les inquiétudes sont permises pour l'avenir de nos 5 villes et de leurs habitants.

Partager cet article

Repost 0