Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 22:19

Le marché de la mort est un marché lucratif. Qui supporterait de laisser partir un être aimé sans procéder décemment à une cérémonie d'obsèques.
Aujourd'hui, les prix atteignent des prix prohibitifs. Pas moins de 3000 à 5000€ pour un caveau et son monument funéraire, 4 à 5000 € également pour les prestations de pompes funèbres.
Détail sordide: plus de 200€ pour une poignée de cercueil.

Pour les familles modestes, pour le petit retraité qui reste après le décès d'un conjoint, faut-il arrêter de vivre pour que l'autre ait le droit de mourir et de partir en paix.

Alors quand, en plus de ce racket affectif, les lobbies funéraires imposent aux gouvernements depuis 1976 que les caveaux repris administrativement par les communes ne puissent être revendus moins cher qu'un caveau neuf, cela interroge.

C'est pour cela qu'à l'occasion d'une délibération sur les tarifs des concessions dans les cimetières, j'ai fait au nom du groupe d'opposition "Anglet , l'Avenir avec vous" , l'intervention suivante:

Arrêter de vivre pour avoir le droit de mourir

Intervention sur délibération N° 4
Actualisation tarification concessions funéraires
G.Mondorge


 

Monsieur le Maire,

Nous sommes amenés à nous prononcer, dans l’un des articles de cette délibération,  sur une 2ème augmentation en 2 ans du tarif de revente des caveaux repris administrativement par la commune, tarif passant de 2000 € en 2014 à 2050 € en 2015, puis à 2100 € en 2016, soit 5% d’augmentation en 2 ans.



Vous aller me dire que j’avais voté
la délibération du 14 décembre 2015 qui prévoyait cette augmentation graduelle de ce tarif jusqu'à rattraper le prix du marché privé qui était de 2 300 € en 2015. Vous la justifiez à l’époque par une circulaire ministérielle n° 76-160 du 15 Mars 1976 qui précise que le prix de vente des caveaux par les communes doit être établi en tenant compte de ceux pratiqués pour des caveaux neufs par les marbriers.

Il est vrai que j’avais il y a un an trop rapidement voté ceci. Je n’en avais pas à l’époque mesuré la signification et les conséquences.

Je souhaite aujourd’hui revenir sur ce choix car  plusieurs choses m’interpellent:

- Il s’agit du  principe de la revente d’un bien gratuit (en l’état) et d’occasion (reprise administrative) au prix du neuf.

- Il s’agit également d’ériger en  principe une pratique de collectivité locale (donc de service public) qui serait alignée sur celle d’une prestation privée marchande

- Je fais, comme beaucoup d’entre nous sans doute,  le constat d’une inégalité sociale croissante  face aux frais engendrés par un décès, frais énormes qui eux aussi vont  croissant. Certaines familles en difficultés sociales, en particulier des personnes âgées retraitées,  doivent ainsi  se soumettre au dictat du marché funéraire extrêmement onéreux. Elles le font  souvent en s’endettant et en se précarisant encore plus.

Il m’a donc  semblé que cette circulaire ministérielle datant de 40 ans devait être revisitée. Elle pourrait stipuler  par exemple une obligation de réattribution prioritaire, à un tarif accessible, à des familles en précarité financière et sociale, de ces des caveaux repris.
 Elle pourrait par ailleurs accorder aux Maires la liberté  de fixer un tarif modulaire de revente des caveaux repris, pouvant même aller jusqu’à la gratuité pour des familles en dessous des minima sociaux.

Ce serait une mesure à caractère social utile et juste. Je m’en suis entretenu avec Georges Labazée, sénateur les Pyrénées Atlantiques, très impliqué sur les problématiques sociales liées au vieillissement, qui va déposer très rapidement une question orale au gouvernement allant dans ce sens, afin de proposer la modification de la circulaire de 1976.

 C’est donc dans l’attente de l’issue positive de cette démarche, et afin de ne pas accepter la poursuite d’une inflation tarifaire démesurée alors que d’autres solutions sont possibles, que je voterai contre cette délibération. A moins bien sûr que vous n’isoliez cette disposition du reste de la délibération, ce qu’il vous est tout à fait possible de faire.

 

Partager cet article

Repost 0