Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 08:29

Le Conseil municipal d'Anglet du 12 Décembre a donné lieu à de vifs débats sur le budget prévisionnel 2017 de la ville.
Au nom du groupe d'opposition "Anglet, l'Avenir avec vous", j'ai exprimé nos inquiétudes sur la dérive budgétaire annoncée et les choix posés par la majorité municipale.
 

Intervention Budget Primitif 2017
Guy Mondorge

 


Monsieur  le Maire, mes chers collègues ?

J’avais à l’occasion de la discussion sur les orientations budgétaires déjà pu insister sur les grandes lignes  de ce que nous considérions dans vos annonces comme une dérive budgétaire.

Vous appuyez aujourd’hui votre vision budgétaire sur une très bonne santé des comptes de la ville qui vous permettrait d’envisager d’emprunter de façon importante pendant les 3 années à venir. Vous ne devez  certainement pas ce bon état financier à des efforts d’économie particuliers, comme nous le verrons tout à l’heure. Vous le devez essentiellement à la croissance régulière des rentrées fiscales de la commune.

Entre 2009 et 2014, notre capacité d’emprunt (et donc de remboursement de ces emprunts) était assurée par l’assurance de recettes de fonctionnement en croissance dynamique. En effet nous avions pris les mesures fiscales indispensables et courageuses pour créer cette croissance et vous nous en aviez critiqué vertement à l’époque. Nous l’avions réalisé aussi par une maîtrise des charges de fonctionnement.
Vous bénéficiez encore aujourd’hui de ce tremplin.


Aujourd’hui, nous sommes inquiets. Et que personne ne voit dans cette inquiétude une quelconque stratégie électorale.
Nous sommes inquiets car les voyants de la croissance des recettes de fonctionnement sont au rouge.  Certes vous subissez la baisse de la DGF. Et ce n’est pas le programme de Mr Fillon qui peut vous laisser espérer une embellie de ce côté-là. Bien au contraire, et vous le savez mieux que nous, puisque c’est aussi votre programme.

Compte tenu de cette baisse de la DGF, nous sommes inquiets car, contrairement à ce que nous avions fait et qui vous sert bien aujourd’hui,  vous ne vous êtes pas créé la possibilité soit de faire croître vos recettes par le levier fiscal, soit de réduire sensiblement  vos dépenses de fonctionnement.

Les chiffres sont là :

47,5M€ de recettes de fonctionnement, c’est 1M€ de plus que ce dont nous avions prévu de disposer en 2014 (soit +2,1% d’augmentation) . Vos recettes augmentent donc, peu, mais elles augmentent.
Si vous aviez maîtrisé vos charges, cela suffirait peut-être à maintenir un niveau d’investissement correct.

Mais le hic, c’est que vos charges explosent.
Les charges à caractère général seront en 2017 de 11, 46 M€. C’est 2,1M€ de plus que ce que nous avions prévu pour 2014 (et vous nous critiquiez à l’époque, criant à la gabegie, aux dépenses somptuaires).  Votre bilan à mi-mandat en ce qui concerne ces charges à caractère général , c’est 22,25 % d’augmentation en 3 ans . Est-ce cela cela que vous appelez « maîtriser » ?

Les charges de personnel, elles, ont augmenté de  2,7 M€ depuis votre élection, soit 12,5% en 3 ans de mandat. Alors que vous n’aviez pas de mots assez forts pour brocarder notre incurie en matière de ressources humaines.

Certains chiffres interrogent encore plus clairement. Ce sont les charges de gestion courante.
D’une année sur l’autre, entre 2016 et 2017, vous prévoyez une augmentation de 94%  pour les transports collectifs, 93,4%  pour les frais de gardiennage, 60% pour l’entretien des biens mobiliers, 32% pour les autres matières et fournitures, 25% pour les publications. Est-ce là aussi le signe d’une gestion maîtrisée ?

Alors, pour faire bonne figure,  vous faites dans l’autosatisfaction, en disant que globalement vos charges de fonctionnement diminueraient de 0,18%. C’est arithmétiquement vrai.  
Mais à quoi devez vous cette pseudo bonne nouvelle : uniquement à la baisse des charges financières. Or les charges financières augmenteront avec le taux d’endettement. Quid alors de votre simili maîtrise des charges dans les années à venir ?

Vous oubliez  en outre pudiquement de rappeler que l’an passé, les charges avaient globalement augmenté de 4,8%. Cela tempère sacrément votre prévision. Avec ce petit -0,18%, vous arrivez en fait  à faire moins pire que l’an dernier… !

Par ailleurs,  2017 étant une année sans biennale ni forum des associations (soit près de 450 000€ d’économies automatique), une vraie maîtrise aurait dû se traduire par la baisse significative que vous promettiez dans  votre programme électoral et que nous attendrons longtemps..

Autre source d’inquiétude, vous affichez 4,133 M€ de cessions d’immobilisation. Mais combien affichez-vous d’intention d’acquisitions foncières ? Seriez-vous en train de vendre les bijoux de famille pour équilibrer vos comptes ?

Nos inquiétudes ne se limitent pas aux chiffres affichés dans ce budget primitif. Elles se portent aussi sur les retards de réalisation de vos projets. Ils seront pris en compte dans le compte administratif 2016, vous permettront de donner l’impression d’être des gestionnaires économes.
Mais ces crédits de paiement, programmés et non effectués en 2016, il faudra bien les utiliser un jour, pour beaucoup déjà en 2017 par des reports de restes à réaliser.

Sur les seules Autorisations de Programme d'investissement  N° 9 à 17, c’est un retard de réalisation de près de 2 M€ que l’on constate sur les 3,8 M€ prévus  au BP 2016.
Un taux de 52,5% de non réalisation, c’est énorme. Et encore ce chiffre global est-il atténué par de grosses opérations qui avancent un peu plus vite, comme Baroja (22% de retard)  ou Choisy (44% de retard). Mais certaines autorisations de programme flirtent avec les 70% de non réalisation.

Est-ce reculer pour mieux sauter ? Ou était-ce simplement l’an dernier une stratégie d’affichage budgétaire ?
Ce n’est pas en tout cas une façon transparente et rassurante de présenter un budget.

Comment croire alors à votre prévision d’emprunt d’équilibre de 11,857 M€ pour 2017 ?

En conséquence,  notre analyse de vos propositions nous amènera à voter contre le Budget primitif que vous nous présentez aujourd’hui.



 

Partager cet article

Repost 0