Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 08:15

Beaucoup de questions en cette journée historique de naissance de la nouvelle agglomération dite "Pays Basque"

D'abord la surprise de voir invitées des délégations officielles espagnoles des régions de Navarre , Euzkadi et de la Diputacion de Guipuzkoa. Mais aucun représentant de la Région Nouvelle Aquitaine ni du département des Landes...
Comme s'il s'agissait spécifiquement d'un évènement politiquement basque

Ensuite la répétition de l'expression d'un clivage net entre 2 conceptions territoriales:
30% des communes s'étaient exprimées contre leur regroupement dans cet EPCI
32% des délégués n'ont pas voté hier soir pour le nouveau Président, Jean René Etchegarray

Pays Basque- Adour: l'Agglomération XXL

Une enjeu important de cette nouvelle agglomération sera la prise de la compétence linguistique, sous entendue basque par de nombreux élus porteurs d'une vision identitaire de cet EPCI .

J'ai donc exprimé hier soir la demande portée par de nombreux élus du territoire d'une affirmation et d'un traitement paritaire de l'autre langue régionale du territoire, la langue gasconne. En réponse des propos lénifiants  du nouveau président. Une affaire à suivre dès le le prochain Conseil du 4 Février.
Ci dessous, le texte de mon intervention

Pays Basque- Adour: l'Agglomération XXL

Intervention sur le Pacte de Gouvernance de l’EPCI
23/01/2017
Guy Mondorge

Monsieur le Président, mes chers collègues

Il nous est demandé de valider le Pacte de gouvernance de ce nouvel EPCI.

A la page 4 de ce pacte, dans le chapitre « compétences évolutives » de cet EPCI sont mentionnés le développement des langues et cultures basque et gasconne, ainsi que l’élaboration d’un projet culturel pour le Pays Basque.
Dans cette même page 4, dans le cadre des « principes fondamentaux » est précisé (je cite) que « notre communauté constitue une intercommunalité solidaire et respectueuse de l’identité de ses membres », avec pour objectif « d’améliorer les relations entre les diverses composantes du Pays Basque. »

Conformément à la loi, il va nous être demandé de constituer (je cite) un « Bureau de la communauté dénommé « Conseil Permanent » composé de 69 membres »

Au sein de ce Conseil Permanent, un Conseil exécutif de 25 membres sera élu, incluant 15 Vice- Présidents et 9 conseillers délégués.

Or la liste des délégations n’est pas jointe à cette charte.
Vous avez exprimé dans votre discours, Monsieur le Président, votre volonté de prise de la compétence linguistique.

12 communes de notre EPCI représentant plus de la moitié des habitants de notre territoire communautaire peuvent se prévaloir d’une présence quasi millénaire de cette langue et de cette culture tant dans le domaine administratif que toponymique et sociétal.

Je souhaite donc vous exprimer ici la demande, portée par de nombreux élus ici présents, de voir respectés les principes fondamentaux développés en page 4, en mettant en place au sein du Conseil Exécutif une délégation spécifique à la langue et la culture gasconne.
Nous souhaitons également que soit recruté au sein de votre administration un chargé de mission « langue et culture gasconne ».
Nous demandons que soit assurée de façon paritaire la présence des langues basque et gasconne dans la communication de l’EPCI.

Une réponse négative à cette demande serait un signe inquiétant sur la capacité de notre communauté nouvelle à respecter les principes de sa création, ceux d’une proximité territoriale et d’un respect des spécificités de toutes ses composantes.

Nous faisons confiance à tous nos collègues porteurs des valeurs culturelles basques pour qu’ils comprennent, partagent et s’associent à notre démarche.

Nous aurons l’occasion lors de nos prochains conseils de revenir sur cette demande, ainsi que d’être vigilants sur la traduction budgétaire effective de la politique communautaire en matière de culture et de langue gasconne.
Nous interviendrons aussi pour rappeler notre souhait de voir notre EPCI baptisé « Communauté Pays Basque-Adour », ici aussi afin de respecter son évidente bipolarité culturelle.

Je souhaiterais simplement, Monsieur le Président, avant de valider cette charte, connaître vos intentions et votre réaction à cette demande.

Par ailleurs, et sur un sujet complètement différent, il est fait référence page 11 à la mise en place de pôles territoriaux, composés de représentants des communes de son périmètre.
A l’ACBA, conformément à la loi, des élus communautaires représentaient les oppositions de chacune des villes membres. C’est d’ailleurs à ce titre que je suis présent ici aujourd’hui.
Je souhaiterais savoir, Monsieur le Président, ce qui est prévu en termes de représentation des oppositions municipales dans les pôles territoriaux.

Partager cet article

Repost 0