Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 22:16

A Anglet, La Poste a obtenu que le Maire prenne en charge la transformation d'un bureau de poste en agence postale, tenue par un employé municipal 96 heures par mois, dans des locaux publics entretenus par la ville, pour une contrepartie financière minime de 1001 € par mois.

L'ensemble des élus de l'opposition de gauche a voté contre cette mesure qui fait payer au contribuable un service public de plus en plus mal assuré.
Anglet, ville de 40 000 habitants, n'est pas une zone rurale en voie de désertification et n'a pas besoin de point multiservice financé par les collectivités locales.

Voici le texte de mon intervention en Conseil Municipal ce 22 Février:

A Anglet, La Poste: "je ferme ou tu payes"

M. le Maire, Chers collègues,

 

Par cette délibération, nous sommes appelés à institutionnaliser un désengagement de l’entreprise « La Poste » d’assurer le service public qui est dans ses attributions (activités de distribution, réception et oblitération du courrier). Ce n’est pas la création d’une Agence Postale, mais la fermeture d’un bureau de poste qui nous est proposée.
Par cette délibération il nous est demandé de valider le fait que les services marchands de l’opérateur public (activités bancaires, vente de produits dérivés) soit assurés par du personnel municipal, en dehors de toutes les attributions normalement dévolues aux agents chargés des compétences d’une collectivité territoriale.
Il nous est demandé d’accepter que la ville d’Anglet soit sous-rémunérée pour effectuer ces prestations, la ville perdant les loyers des bâtiments mis à disposition de la poste, mais restant par convention en charge de l’entretien des locaux, de l’ensemble des consommations de fluides, mais aussi du salaire correspondant à 96h mensuelles d’un personnel municipal. Le tout pour seulement 1001€ quand 96h d’un personnel municipal de catégorie C, charges comprises, dépasse largement cette somme.

La délibération propose de créer une ligne budgétaire de recettes nouvelles, mais ne parle pas des charges afférentes à cette activité ou de la disparition de recettes. Aucun bilan financier du coût de cette opération pour les finances municipales ne nous est présenté.

Cette pratique de création d’agence postale, devenue courante dans nos campagnes en voie de désertification pour sauver le lien social et en général associée à des activités multiservices, n’est possible uniquement que par l’injection de fonds publics. Mais elle parait complètement surréaliste dans une zone en accroissement démographique comme la ville d’Anglet, et où les commerces de service trouvent rentable d’ouvrir même le dimanche.
mais La Poste a trouvé encore plus rentable : faire assurer son commerce par la ville…

La Poste, entreprise privée ou en voie de totale privatisation, suit le chemin emprunté il y a plus de 10 ans par France Télécom avec toutes les conséquences que nous avons connues et que nous connaissons encore.
Afin de mieux rémunérer ses actionnaires, La Poste délègue ses services aux collectivités locales en les faisant financer par l’argent public et les impôts locaux.
Mais elle en garde tous les bénéfices qu’elle redistribuera, et ne compense pas à son juste prix le geste partenarial de la commune. C’est inadmissible.

La ville cède au chantage de fermeture que La Poste a adopté comme stratégie depuis plusieurs années. En faisant voter cette délibération, vous allez, Mr le Maire, vous présenter comme le sauveur du service postal sur Anglet. Quand on aime, on ne compte pas, dit le proverbe. Et comme vous n’avez de cesse de répéter que vous aimez les gens, une fois de plus vous ne compterez pas pour mieux promouvoir votre image auprès de ces gens.
Vous allez habiller ce deal en clamant votre souci de rapprocher les services municipaux des citoyens. Vous le ferez une fois de plus de la façon la plus démagogique qui soit, sans afficher le coût réel d’une telle opération de communication.

Vous allez sans doute nous asséner qu’il s’agit une fois de plus d’un désengagement de l’Etat.
Je vous répondrai qu’avant d’en arriver à nous faire cette proposition, il aurait fallu que vous nous informiez de vos discussions avec La Poste.
Et que
plutôt que de se résigner et de proposer ce qui nous semble inacceptable, vous auriez pu, tous ensemble, maire, conseillers départementaux, conseillers régionaux, parlementaires, exiger de La Poste qu'elle assure à Anglet et ailleurs ses missions de service public...

Monsieur le Maire, nous ne cautionnerons ni le désengagement de La Poste, ni votre façon de jouer avec le budget municipal.

Partager cet article

Repost 0