Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 13:30

Les échanges ont été animés entre les groupes d'opposition et le Maire d'Anglet lors du débat sur la vision du Maire sur l'évolution du quartier Larochefoucauld.
Sur la méthode d'abord, où le manque de transparence a été pointé par ma collègue Sandrine Derville.
Sur la proposition urbanistique ensuite, où le tout voiture semble préféré à la vision pacifiée d'une dalle piétonne que portait l'ancienne municipalité.
Voici les interventions de notre groupe d'opposition lors du Conseil municipal du 22 Février
 

Intervention de Sandrine DERVILLE

 

M. le Maire, Chers collègues,

 

Au-delà des questions sur le fond du projet – que nous avons pu enfin découvrir en nous rendant à la Maison des Projets, comme tous les angloys – et qu’évoquera  mon collègue Guy Mondorge, cette délibération soulève pour nous un problème de méthode et d’information de ce conseil municipal.

 

Tout d’abord, et contrairement à ce que les angloys croient peut-être en se rendant à la Maison des Projets, ce projet d’aménagement de Larochefoucauld est en réalité déjà arrêté, et nous n’en sommes plus au stade des propositions pouvant encore largement évoluer suite à la concertation. Il s’agit en fait, dans cette Maison des Projets d’informer les angloys et de leur présenter un projet quasi ficelé, éventuellement de recueillir leurs commentaires, mais nullement d’une concertation qui leur permettrait de faire évoluer ce projet. Ne confondons pas information et concertation…

 

Et il en va malheureusement de même pour les membres de ce conseil municipal, tout au moins pour votre opposition – nous espérons que ce n’est pas le cas pour votre majorité municipale ! Nous ne sommes, sur ces projets d’envergure, à aucun moment, associés à la réflexion en amont, et découvrons les projets une fois qu’ils sont arrêtés, soit lorsqu’il nous faut les voter en conseil municipal, soit dans la presse…soit à la Maison des Projets…

 

En effet, ni l’étude urbaine menée par Patriarche, ni le détail du projet ne nous ont été présentés avant d’être présentés à la population. Aucune réunion de la commission urbanisme n’a été organisée, en dehors des réunions que je qualifierais de statutaires et obligatoires avant la tenue de chaque conseil. Mais vous savez comme moi que ces réunions tiennent davantage lieu de chambres d’enregistrement ou éventuellement d’explications de texte sur les délibérations qui sont présentées une semaine plus tard en conseil municipal. Ce ne sont pas des instances de discussion ou de débat lors de la construction des projets, et elles ne donnent lieu à quasiment aucune possibilité d’amendement, si ce n’est très mineure et sur la forme.

 

Sur des projets de cette envergure, M.le Maire, il serait intéressant de réunir cette commission urbanisme, pour la consulter en amont, et associer ainsi les membres de ce conseil municipal aux réflexions, a minima de la même façon que vous associez les membres des conseils de quartier.

Puisqu’il semblerait que les conseils de quartier ont, eux, eu la chance de se voir présenter en amont les projets qui les concernent, et de pouvoir y réfléchir et apporter leur contribution…

Nous vous rappelons tout de même Monsieur le Maire, que les conseillers de quartier – dont nous ne remettons évidemment pas le rôle en cause – n’ont pas été élus par les angloys comme tous les membres de ce conseil municipal, et n’ont pas vocation à remplacer ce conseil municipal, mais bel et bien à en alimenter les travaux et réflexions…Encore faudrait-il que nous puissions être amenés à participer à la réflexion…

 

Alors, vous me direz Monsieur le Maire que « ca a toujours fonctionné comme cela », que les commissions municipales n’ont jamais été des lieux de débat qui se réuniraient en amont, pour travailler sur le contenu des projets, voire même qu’il en est de même dans beaucoup d’institutions…Peut-être, mais cela fait maintenant 3 ans que vous avez été élu, en vous faisant le chantre de la démocratie participative, il serait donc temps de mettre en pratique ces principes en permettant à votre opposition municipale de travailler, de vous donner son avis lors de l’élaboration des projets. Libre à vous ensuite d’en tenir compte ou pas, et de soumettre en conseil municipal VOTRE projet, éclairé par les avis des conseils de quartier, mais aussi des élus municipaux…

C’est d’ailleurs le cas dans beaucoup de collectivités, où les commissions deviennent peu à peu des instances de concertation et de réflexion, qui se réunissent plus régulièrement et pendant les phases de construction des projets, y compris dans des collectivités plus grandes que la nôtre.

 

Bien sûr concernant cet aménagement de Larochefoucauld, la procédure a été respectée, et la commission d’appel d’offres s’est réunie sur cette question, pour étudier les 7 propositions qui nous ont été soumises, j’y ai moi-même participé. Mais il s’agissait là de choisir entre 7 propositions d’honoraires, pas entre 7 projets détaillés ! Et l’étude urbaine n’a jamais été présentée à ce conseil municipal !

Si la loi ne l’impose certes pas, il me semble que vous pourriez aller plus loin M.le Maire, cela va dans le sens de ce que nous demandent aujourd’hui les citoyens, qui veulent à la fois être associés à la réflexion, mais aussi que les élus, en particulier au plan local, sachent parfois dépasser leurs clivages politiques pour travailler ensemble…

Et donc, nous vous le demandons : accepteriez-vous de réunir a minima la commission aménagement et développement durable en dehors des réunions préparatoires au conseil municipal, voire même l’ensemble de ce conseil municipal de façon exceptionnelle, sous forme de commission permanente, afin que les élus puissent travailler, réfléchir, et faire des propositions sur les projets d’envergure comme celui-ci ?

Proposition du cabinet Ptriarche , présentée par le Maire

Proposition du cabinet Ptriarche , présentée par le Maire

Intervention de Guy MONDORGE

 

M. le Maire, Chers collègues,

 

Je partage totalement les propos de ma collègue Sandrine Derville, et je voudrais y rajouter un éclairage à la fois mémoriel et prospectif.

Mémoriel car le réaménagement de cette zone faisait partie des projets et des études que nous avions lancées et abordées lors du précédent mandat tout au long des multiples réunions publiques de réflexion autour de l’évolution urbanistique de notre ville.

Un projet se dessinait qui assurait une véritable continuité urbaine entre le quartier de l’Eglise Ste Bernadette et le nord du BAB. Un projet qui permettait, autour d’une dalle piétonne jetée comme un pont au dessus du BAB, de réaliser sur de nouveaux espaces une nouvelle centralité d’habitat et de commerces.
Certes nous n’en étions pas encore aux projets architecturaux ou aux évaluations budgétaires définitives. Mais nous étions dans une logique complètement différente des propositions qui nous sont faites aujourd’hui dans votre « maison des projets ».
Des propositions dont la blancheur immaculée fait oublier que ce sera un long et large ruban noir qui continuera de couper en deux cette apparente unité que vous nous faites miroiter.

Oui, le BAB sera traité comme un boulevard urbain. Mais il restera un boulevard.
Pacifié nous dites vous…Mais le premier challenge de votre maîtrise d’œuvre sera de donner sur ce boulevard une sortie à la rue de Pontrits. Et cela via un carrefour à feu.
Puis viendra la recherche d’une synergie avec le projet d’Aguiléra, qui proposera lui aussi un carrefour face à l’accès de la Polyclinique. Là aussi un carrefour à feux.
Et le croisement central du projet, celui qui est censé pacifier et donner de l’unité là où le carrefour à feux actuel n’est générateur que de barrière pédestre et cyclable, vous en faites également un carrefour à feu, qui aura pour le compléter, à moins de 200m de là, un 4° confrère.
4 carrefours à feu en moins d’un kilomètre à Anglet, à l’heure où la ville de Bordeaux travaille à supprimer 80% de ses propres carrefours à feux, la preuve étant faite qu’ils sont générateurs d’embouteillages accidentogènes par la déresponsabilisation des automobilistes, cela peut faire réfléchir.

Oui, il faut redonner vie à ce quartier de La Rochefoucauld. Oui il y faut un vrai aménagement urbain.
Mais, de même que le mitage organisé de notre ville en habitat collectif que vous pratiquez en ce moment nous inquiète, de même votre vision de ce quartier en devenir ne nous satisfait pas.

Nous nous abstiendrons sur cette délibération car il nous paraît bien trop prématuré de mettre en place une maîtrise d’œuvre, alors que ce que vous appelez concertation vient à peine de commencer.
Nous espérons que cette concertation ne sera pas qu’un simple effet d’affichage, et que votre proposition sera profondément remaniée par les avis que vous recevrez de la part de nos concitoyens.

Partager cet article

Repost 0