Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 20:41

L'invitation aux cérémonies du 14 Juillet envoyée par le Maire d'Anglet a pris cette année une forme surprenante.
Erreur de communication ou volonté délibérée de transgresser le symbole d'un élan collectif vers plus de justice et de partage...?

Liberté sans Egalité ni Fraternité...?

Pour Mr Olive, le 14 Juillet n'est plus désormais que la Fête de la liberté . Liberté ou libéralisme...?

Disparus du carton d'invitation municipal aux cérémonies les mots et les notions d'Egalité et de Fraternité ...

Acter ainsi la disparition pure et simple de 2 des 3 piliers de notre République n'est ni anodin , ni maladroit.
C'est l'affirmation d'une dérive idéologique qui ne nous surprend pas de la part du Maire d'Anglet , mais qui nous indigne et à laquelle les membres du groupe d'opposition de Gauche "Anglet, l'Avenir avec vous" tiennent avec moi à exprimer leur plus ferme opposition

Partager cet article

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 07:32

Voici plusieurs années que j'essaie de défendre l'idée qu'au XXI° siècle il serait important d'adapter la cartographie politique et administrative de notre territoire aux évolutions démographiques, sociologiques, économiques , ainsi qu'aux nouveaux modes de déplacements.
Peine perdue, puisque l'Etat et et ses représentants ont proposé et validé des découpages politiques saugrenus dans notre département des Pyrénées Atlantiques.
Comment expliquer par exemple que l'Ouest et l'Est du département soient traités si différemment, avec une seule intercommunalité XXL dite Pays Basque face à 8 intercommunalités en Béarn? Et cela pour des périmètres géographiques et des populations totales du même ordre de grandeur.
Comment expliquer des aberrations comme le non rattachement de communes comme Serres-Castet, Montardon, Sauvagnon à la communauté de Pau, alors qu'elles font partie intégrante de son bassin de vie?
Comment expliquer le rattachement de zones rurales ou de montagne spécifiques à des zones d'urbanisation forte, comme par exemple la Soule ou la Basse Navarre à l'Agglomération Bayonnaise? Hors de toute notion de bassin de vie et d'échanges quotidiens.

Le 64: Des bassins de vie à géométrie variable

Mais voici qu'aujourd'hui le père UBU du découpage fait le choix de conserver le rattachement  administratif historique de la Soule à l'arrondissement d'Oloron ! Cela ressemble bien à un mea culpa en termes de Bassin de vie de la part de l'Etat.
En même temps , le chirurgien s'autorise à découper la commune de Gestas, auparavant rattachée à l'arrondissement de Bayonne,pour la donner à l'arrondissement d'Oloron. Il est vrai qu'il n'avait pas osé l'intégrer politiquement à l'EPCI Pays Basque...

Oui nous sommes au XXI° siècle, mais les vieux réflexes moyenageux des fiefs et autres suzerainetés ou vassalités sont toujours d'actualité.
A chacun son jacobinisme à géométrie variable....

Partager cet article

Repost 0
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 17:24

L'aménagement de la place des 5 cantons par la municipalité Espilondo aura été, avec l'Eco Quartier du Maharin et l'urbanisation du quartier Bernain, un met de choix pour la désinformation et la caricature orchestrée par Claude Olive et ces colistiers.

Elle aura été l'une des 3 armes fatales utilisées par Claude Olive pour gagner la Mairie.


Elle reste aujourd'hui pour lui un terrain de jeu propice à une communication démagogique qui ne lui coûte rien.


Un article du journal Sud Ouest du 28 /10/2015 se fait l'écho du passage du bus des Conseils de quartier sur cette place, des propositions de modifications de la Mairie et de certaines réactions de riverains

Anglet 5 Cantons: L'os que l'on ronge...

Qu'en ressort-il? Rien, ou si peu de choses.

Rappelons-nous. La refonte de la place était liée à sa vétusté et aux plaintes suite à de nombreux accidents de piétons .
Elle était destinée aussi à rendre la place praticable aux personnes handicapées et à faciliter l'accessibilité des commerces.
Elle a été accompagnée de la créations de nombreux parkings en bordure du BAB afin de facilter de développement économique des commerces.

Sur ces points, y a-t-il une remarque? Non.
Sans doute la preuve que les investissements faits pour réaménager la place l'ont été à bon escient.

Reste bien sûr les critiques toujours possibles liées à l'esthétique, critiques d'autant plus virulentes lorsqu'elles sont orchestrées, ou quand on leur fournit, comme l'écrit le journaliste, un exutoire...

Ces critiques, on peut les comprendre car aucun projet urbain n'a jamais fait l'unanimité chez les habitants d'une ville.


Alors la Mairie propose, à moindre frais, quelques modifications. Histoire de montrer qu'elle écoute les gens...Et la grande révolution va se limiter à la pose d'ailes sur la structure centrale de la place. Tout cela ne coûterait que 20 000€ à la ville!


Une magnifique opération médiatique à coût réduit, quand on connait le prix de 30 secondes de télévision ou d'un encart publicitaire dans un journal.

Anglet 5 Cantons: L'os que l'on ronge...

Si cela satisfait les angloys, pourquoi leur refuser ce plaisir?

Surtout quand on se rend compte que pour transformer " l'abreuvoir" cité dans l'article en un élément mobilier animant la place, il suffisait de faire intervenir les services techniques de la ville pour déboucher quelques tuyaux. Ce qui a quand même été fait avant d'installer le bus des quartiers...

Quand on veut tuer son chien, on l'accuse de la rage...comment mieux faire qu'en laissant à l'abandon les réalisations de son prédécesseur ?

Anglet 5 Cantons: L'os que l'on ronge...

Alors Claude Olive pourra toujours surfer sur la vague des mécontents permanents (mais la vague peut casser plus vite que prévu, les surfers le savent...)


Bien sûr on peut reprocher à la place son aspect minéral.

Mais si on laissait aux arbres le temps de pousser....

Anglet 5 Cantons: L'os que l'on ronge...

Pourquoi ne pas simplement se réjouir que cette place devienne enfin le centre de vie que Jean Espilondo et son équipe ont voulu.


Pourquoi ne pas apprécier simplement, sans alimenter de vaines polémiques, l'inauguration des nouvelle halles des 5 cantons, dont le projet avait été lancé il y a 2 ans et demi, et qui connaissent un succès que nous souhaitons tous pérenne.


Et comment ne pas sourire aux propos de Claude Olive lors de cette inauguration, répondant aux remerciements du président des commerçants en rappelant à ce dernier qu'il avait été un visionnaire parce qu'il lui avait à l'époque présenté le projet, alors qu'il n'était qu'un conseiller municipal d'opposition.


Oui, soyons en certains , tout ce qu'il y a de bien à Anglet, nous le devons à Claude Olive.

Peut-être même l'Océan, à condition qu'il reste calme...

Anglet 5 Cantons: L'os que l'on ronge...

Partager cet article

Repost 0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 13:55

Je clôturerai ce tour d’horizon du bilan de 18 mois de la mandature Olive par le volet qui illustre le mieux sans doute l’impréparation, les erreurs et les reculades qui caractérisent ce mandat municipal.

Le dernier article de Sud Ouest sur la salle Quintaou est l’exemple parfait de la méthode Olive : donner des chiffres (même s’ils sont faux) ou faire des promesses à grand renfort de mensonges ou d’à peu près, d’un ton assuré coupant court à tout débat, afin qu’il en reste quelque chose dans la tête des électeurs, et cela quel que soit le démenti ou les preuves apportées par ses contradicteurs.

Un exemple flagrant : Il nous reproche d’avoir embauché onze personnes pour faire fonctionner cette salle Quintaou. Cette salle Quintaou qu’il a toujours refusée et combattue, traitée de sarcophage, contre laquelle il a tenté de mobiliser les riverains, qu’il trouve aujourd’hui formidable et dont il loue les qualités exceptionnelles. Alors , qui avait raison ?
Son reproche est une caricature absolue,et Mr Olive le sait.
Car les 9 agents, contractuels ou fonctionnaires que nous utilisions (et pas 11), avaient aussi en charge le fonctionnement du chapiteau de Baroja, l’événementiel hors les murs (fête de la musique, festivals des « jours heureux » ou « à mots ouverts, spectacles à la salle St Jean, etc) . Ils s’occupaient même même des temps forts municipaux et assuraient l’entraide sur les Ecuries de Baroja.

Ni lui ni son adjoint n’ont compris que la politique culturelle d’une ville est une complémentarité d’action entre divers services (Expositions, bibliothèque, lieux de spectacle vivant , autres services municipaux ). Ils n’ont pas compris qu’aucun sous-traitant ne peut rendre ce service, ce service public de la Culture. Même pas la Scène Nationale, malgré la qualité de son offre de diffusion.

Pourtant le jour où Mr Olive se trouve devant ses propres contradictions est arrivé. Il a déclaré lors de la présentation de la programmation de la Scène Nationale que la salle Quintaou continuerait à être gérée par la Ville. Il a décidé de ne plus donner les clefs de l’équipement municipal à la Scène Nationale comme il l’avait promis et annoncé à grand coup de trompette. Car il s’est enfin convaincu qu’il avait été très mal conseillé, que la Scène Nationale ne pourrait pas gérer les 200 dates nécessaires à répondre aux sollicitations des associations angloyes, des écoles, des collèges de notre ville. Car ce n’est pas le métier d’une Scène Nationale, ce n’est pas sa mission (Pour mémoire, elle n’assure que 27 dates pour les événements associatifs de la ville de Bayonne dans son théâtre municipal).
Mr Olive a surtout compris que ça allait lui coûter très cher, beaucoup plus cher qu’une gestion municipale. C’est ce qu’il appelle du pragmatisme. Nous disons que c’est sa façon de ne pas vouloir reconnaître que nous avions raison.

Alors il va faire désormais ce que nous avons dit qu’il fallait faire… et ce que nous répétons sans cesse depuis 18 mois.
A un gros détail près : c’est que nous avions décidé et que nous voulions que la programmation de spectacle vivant de la salle soit assurée par le service culture de la Ville. Nous voulions que la Scène Nationale ne soit qu'un partenaire et un invité, sur un nombre de dates à définir, dans le cadre de notre saison culturelle . Sur ce point, il s’obstine et continue à sous-traiter l’offre municipale de spectacle vivant.
A quel prix ? Pour quel budget ? Dans quelles conditions ? C’est encore un mystère…
Et quel a été le véritable bilan artistique et financier de la saison 2014-2015 ? là aussi mystère….

Les arguments de Mr Olive pendant sa campagne n'étaient alors qu'économiques et politiciens...ou plutôt politicards.
18 mois plus tard il prend conscience qu'il a été berné par ses prétendus amis. Il qualifie son revirement de pragmatique alors qu'il n'est que la conséquence de l'impréparation et de l'absence de vision culturelle de son équipe.

Merci à tous ceux qui dans les milieux culturels ou associatifs ont réussi à le faire douter.

Mais que sera demain?


La preuve est faite aujourd’hui qu’il fallait un véritable outil de spectacle vivant à Anglet.
Contre vents et marées, face aux caricatures et aux fausses prophéties de Mr Olive et de ses amis, l’équipe municipale de Jean Espilondo l’a réalisé et inauguré en Janvier 2014.
Plus personne ne critique aujourd’hui la salle Quintaou
La salle Quintaou était un besoin, le besoin d’une culture en famille. C’est aussi une réussite technique, désormais professionnellement reconnue. C’était pour nous l’outil indispensable à une politique culturelle digne d’une ville de 40 000 habitants. Nous sommes heureux que tous les angloys, des plus jeunes aux plus anciens, se soient appropriée ce superbe équipement.
Mais nous ne sommes absolument pas fermés à l’idée que cette salle soit aussi au service de l’agglomération, et de ses grands acteurs culturels, du ballet Malandain aux Chimères ou au Versant, et je ne peux les citer tous
.

Cela dit, une salle de spectacle, même pompeusement rebaptisée « Théâtre », ne fait pas la politique culturelle d’une ville.
Quel sera le devenir des festivals que nous avons créés ?
- Le Festival Jeune Public des Jours Heureux a failli disparaître. Il a été reconduit in-extrémis et à moitié sous-traité à la Scène Nationale.
- « A mots ouverts », le festival des arts de la parole, va être lui aussi sauvé pour un an grâce à la programmation de la bibliothèque d’Anglet.
- Et ne parlons pas des saisons d’émergence des Ecuries de Baroja, qui sont sur le fil du rasoir et ne tiennent que par l’engagement associatif.
Il n’y a plus aucune impulsion de la part du Maire ou de ses adjoints. Hormis peut être encore dans le domaine des expositions d’art plastique.

Le principe de la gratuité de mise à disposition de la salle pour les associations, principe que nous avions fait voter dès 2014, a été jusqu’à aujourd’hui maintenu. Mais qu’en sera-t-il demain ?
Car pour la majorité de Claude Olive, la Culture, ce n’est qu’un coût ! La droite angloye ne considère pas la Culture comme un service public. Et contrôle-t-elle encore quelque chose ?
Comment Mr Olive croit-il sans vérifier aux 28 000 spectateurs comptabilisés à Quintaou par la Scène Nationale la saison dernière ? 26 dates dans une salle de 800 places, ça fait 20800 spectateurs (au maximum) , 12 dates dans la petite salle de 200 places, ça fait 2400 spectateurs. En tout maximum 23200… Et en fidèle spectateur de la Scène , je peux vous assurer que c’était loin d’être toujours plein. Alors, que l’on nous explique….mais la Culture n’est heureusement pas qu’une affaire de chiffres…sauf parfois à Anglet



Le constat est amer : la Scène Nationale remplira Quintaou avec les spectacles qui l’arrangent et assurera son chiffre d’affaire.
Les angloys amateurs de théâtre iront chercher leur bonheur ailleurs, à Biarritz, à Cambo ou à Espelette.
Quant aux enfants et aux familles, ils n’auront qu’à rester devant leur poste de télévision…sauf peut-être 2 petits jours en Mai à Baroja….si l’offre de la sous-traitance n’est pas trop chère….

Ne vous méprenez pas. Nous ne faisons aucune critique de l’offre globale de la Scène Nationale sur le Pays Basque. Elle fait son métier, elle le fait bien, et elle jongle avec les opportunités qui lui sont offertes en terme de salle. Qui le lui reprocherait ?
La pression que met l’Etat pour transformer la Scène Nationale en EPCC est une bonne chose. Car les élus et les collectivités qui financent auront enfin droit au chapitre sur les choix culturels et programmatiques et dirigeront vraiment cet outil au service des citoyens .
Et si cet EPCC est à l’échelle de l’Agglomération, ou même des 2 agglomérations , où même un jour d’un pôle métropolitain s’il voit le jour, nous en serons heureux et nous y travaillerons avec plaisir. Mais il y a encore malheureusement un long chemin à parcourir, malgré ce que veut faire croire Mr Olive, avant que l’Agglomération ne prenne vraiment l’entière compétence culturelle. C’est sans doute dommage.
Quand on voit la difficulté des acteurs culturels du territoire à être compris et accompagnés par les élus aujourd’hui en responsabilité dans nos 5 communes, on peut avoir des doutes forts sur les résultats à court terme.

Il reste une certitude : la politique culturelle d’Anglet est encore de la responsabilité de son maire, qu’il le veuille ou non. Et de son adjoint qui semble plus intéressé par les festivals musicaux de St Jean de Luz que par les affaires angloyes.

Alors, attendons demain et le futur pas en arrière…ou en avant…de nos élus.

Sur ce pas de tango, je clôturerai ce survol du bilan de 18 mois à la Mairie d’Anglet.
Je laisse place à vos questions. Nous essaierons d’éclaircir les points qui ont pu vous paraître obscurs..ou oubliés…

Partager cet article

Repost 0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 13:49

Tout au long de la campagne électorale de 2014, Mr Olive et son équipe n’ont pas cessé de déguiser la vérité et de tromper les angloys.
Leur objectif était de faire peur, et ils ont réussi. Ils ont été élus sur des caricatures
Mais 18 mois plus tard, l’heure est au premier bilan de leur mandat et la vérité apparaît.

Pour se faire élire, Mr Olive nous accusait d’avoir surendetté la ville, d’avoir saigné les angloys en augmentant leurs impôts, de laisser une situation catastrophique. C’était faux.
Et nous savions et nous disions que les recettes de la ville permettaient un remboursement rapide de notre dette, et que les remboursements de TVA payée sur les importants investissements que nous avions réalisés en 6 ans allaient se faire en 2014 et 2015 .

Dès Juin 2014, lors du débat sur le CA 2013 , constat de l’action de notre dernière année pleine de mandat, je pouvais déclarer depuis les bancs de l’opposition :

« Comme vous l’aurez tous noté, il s’agit d’un excellent CA, dégageant un autofinancement brut de fonctionnement de 11,4 Millions d’€, un excédent de fonctionnement de plus de 10 Millions d’€, permettant une épargne nette de plus de 7,5 Millions d’€ , après remboursement de la couverture annuelle des emprunts ainsi que des remboursements anticipés de certains d’entre eux. »
Nous aurons ainsi clôturé 6 années d’investissements exceptionnels au profit de la ville d’Anglet et de ses citoyens ( plus de 100 M€, des réalisations majeures (réhabilitation de la patinoire, réalisation de la place de la Bécasse, extension de la Maison pour tous, mise en place de la maison de l’Enfance et de la jeunesse, création de 2 festivals de spectacle vivant, édification de la Salle Quintaou, financement de plus de 1000 logements sociaux etc, etc…) en limitant au maximum le besoin d’emprunts et sans que cela ne grève notre capacité de remboursement»

On était loin des arguments catastrophistes colportés par Mr Olive pendant sa campagne.

Puis vint le CA 2014, constat d’exécution de notre budget prévisionnel 2014, de 3 mois de notre gestion et des 9 mois de mise en place de la municipalité Olive. Nous pouvions alors enfoncer le clou car nous avions les preuves que ce que nous avions dit aux angloys en Mars 2014 était vrai.
Je pouvais déclarer lors de la discussion de ce CA :

« Vous dégagez 10, 7 Millions d’€ d’excédent de fonctionnement pour l’exercice 2014, vous engrangez 2,9 millions d’€ du fonds de compensation TVA, vous récupérez 4 Millions d’€ de subventions diverses liées à nos investissements (Salle Quintaou, Maison de l’Enfance, Aménagement littoral Sud),
Malgré le catastrophique abandon du projet d’écoquartier du Maharin, vous bénéficiez d’une rentrée fiscale inespérée : 1,9 million d’€ pour les droits de mutation correspondant à la vente du centre commercial BAB2.
Vous n’avez rien eu à reverser au titre de la loi SRU, grâce à la politique volontariste de construction de logements sociaux de l’équipe précédente.
Et vous avez pu ainsi rembourser par anticipation 3,5 millions d’€ d’emprunt.
Vous nous dites même que les intérêts de la dette baissent de 3,5% et que , je vous cite, « grâce à un autofinancement élevé et à une dette contenue, la ville affiche un ratio de désendettement faible de 2,85 ans. »

Alors, qui disait la vérité en Mars 2014 ? »


Aujourd’hui Mr Olive reconnait que notre ville est l’une des moins endettées du Sud Ouest, qu’il a d’importantes marges de manœuvre. Mais qu’en fait-il ?
Lui qui se plaint sans cesse du désengagement financier de l’Etat a même perçu en 2014 plus de 600 000€ supplémentaires par rapport à ce qu’il avait affiché dans son budget prévisionnel pour 2015. Mais qu’en fait-il ?

Il n’en fait rien, il n’investit plus. Si, il rembourse par anticipation une partie de nos emprunts, comme nous avions prévu de le faire, et il n’empruntera rien en 2015, contrairement à ce qu’il avait inscrit au budget primitif.
Il fait des gorges chaudes sur les écrans TV , fier d’avoir investi 40 000€ sur des videoprojecteurs dans les écoles, en disant qu’il ne fait pas les choses pour avoir son nom écrit quelque part….Une feinte modestie et un scud bien maladroit et irrespectueux pour ses prédécesseurs, car rien ne l’empêche de porter de réels projets structurants et de ne pas y inscrire son nom, si cela choque sa modestie…


18 mois de municipalité Olive, c’est 18 mois d’immobilisme et d’austérité budgétaire.
Lui qui nous accusait d’avoir saigné les contribuables angloys (+7% en 6 ans, moins que l’inflation…), il aurait pu baisser les taux d’imposition. Non, il a choisi , comme nous avions dit que nous le ferions, de geler les taux , car il sait très bien que le simple accroissement du nombre d’habitants et de logements lui assurera chaque année +3% de rentrée de taxe d’habitation et +2% de rentrée en taxes foncières.
Alors il aurait pu profiter de la bonne situation financière de la ville pour relancer l’investissement local au service des angloys. Il ne l’a pas fait non plus.
Nous assistons à un saupoudrage de subventions
Le Maire préfère dire à qui veut l’entendre qu’il ne touche à rien, qu’il empruntera demain …mais pour quels projets … ?
Et demain il nous dira qu’il ne peut plus réaliser de projets ou même emprunter car l’Etat l’étrangle. Mr Olive fait de la politique sur le dos des angloys. L’important pour lui et ses amis, ce n’est plus de construire pour demain. L’important c’est de se faire réélire.
Et pour cela il faut faire le moins possible tout en communiquant le plus possible.

Où en sont les promesses de piscine, d’acquisition de terrains pour le logement accessible, d’extension de l’Hôtel de ville… ? Et la maison des Cultures régionales dont nous avions pratiquement bouclé le cahier des charges avec les associations basques et gasconnes et dont nous étions prêts à lancer l’étude architecturale ? Repoussés aux calendes grecques … ?
Par contre rien n’est négligé en terme d’image et de communication : instrumentalisation des Conseils de Quartiers, événementiel, démagogie et populisme.

Partager cet article

Repost 0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 13:46

Je voudrais d’abord excuser l’absence de notre collègue vert Georges Daubagna, empêché par des raisons familiales , mais qui a bien sûr participé et validé toutes les interventions que nous allons faire ce matin.
18 mois de mandat pour la majorité de Claude Olive. Et pour nous 18 mois d’opposition bien ennuyeux face au monologue d’autosatisfaction d’un maire persuadé que gagner un scrutin municipal signifie obtenir le blanc-seing de détruire tout ce qu’à construit son prédécesseur sans en mesurer les conséquences . Pour s’opposer, encore faut-il avoir des raisons de le faire, à part dénoncer à longueur de Conseil Municipal cet acharnement destructeur et l’abus de contre vérités et de faux-semblants.

Si je me rappelle bien, lorsque nous avions la responsabilité de la ville d’Anglet et alors que j’étais le 1er adjoint du Maire, Jean Espilondo, et malgré qu’il s’agisse du premier mandat municipal de la gauche depuis plusieurs décennies, de nombreux et grands projets avaient déjà été lancés, voire réalisés en 18 mois. Nous avions travaillé vite car nous avions préparé de longue date l’alternance.
Le processus Agenda 21 était quasiment en place, la politique de préemption foncière était définie, les grands projets étaient lancés : Salle de spectacle, Quartier de la Bécasse, agrandissement de la Maison pour tous, nouveaux festivals de spectacle vivant.

Aujourd’hui , 18 mois après une élection acquise après plusieurs années de dénonciations calomnieuses et caricaturales de notre action municipale, après une campagne municipale où les fausses vérités sur l’état du budget de la ville, sur l’endettement supposé, sur le bétonnage annoncé, avaient servi d’instruments générateurs de peur et d’outils de clivage entre les angloys, quel est le bilan de la nouvelle équipe de Mr Olive ?
Une équipe où sont présents en nombre les adjoints historiques des municipalités Lamassoure, Bonnet et Villenave, et qui n’est donc pas une équipe de néophytes à qui on pourrait accorder un délai de mise en route.

Leur bilan de 18 mois d’action est vide. L’emballage clinquant de leurs promesses électorales n’a pas résisté à la réalité du terrain et à l’impréparation des projets. A part annoncer le lancement du projet de réhabilitation du Château de Baroja et l’extension de l’ALSH, qui étaient aussi à notre programme, ou débuter péniblement la réalisation du projet Choisy avec 18 mois de retard, qu’est ce qui a été fait ?

Après la marche arrière du Maire sur ses promesses de gestion culturelle de la salle Quintaou d’un nouveau type, après ses rodomontades et la destruction de tout le savoir faire des équipes municipales en place, quelle confiance les angloys peuvent-ils garder à ses propos ou à ses engagements.
Comment voulez vous jouer un véritable rôle d’opposant quand ce que fait la majorité n’est que détruire ce que nous avions bâti ou refaire ce que nous avions lancé, sans aucune vision de l’Anglet de demain. Ou pire en faisant perdre de l’argent à la commune, comme les 5 M€ évanouis avec l’abandon de notre Eco-quartier du Maharin.

A part la mise en place des Conseils de Quartier, dont nous avions différé la création et dont le fonctionnement actuel est loin d’être satisfaisant, quoi de nouveau à Anglet en 18 mois ?

Un nouveau fonctionnement de l’Agglo, comme on nous le rabâche ?
On pourrait le croire, si encore l’on sentait au sein de notre agglomération entièrement gouvernée par la droite et le centre droit, une quelconque influence de notre maire et de ses représentants… ! Mais c’est le contraire. On se croirait revenu aux temps les plus sombres de l’ère Villenave, quand les Maires de Bayonne et de Biarritz faisaient la pluie et le beau temps. Mis à part le fait que l’envergure et la vision à long terme des 5 Maires actuels n’a que bien peu à voir avec celle de Mrs Grenet , Borotra et Espilondo.

Voilà un bilan bien désespérant que nous allons essayer de brosser de façon thématique, en fonction de la manière dont nous nous sommes réparti les rôles dans les diverses commissions municipales :


...A suivre...



Partager cet article

Repost 0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 20:28

Quelle volonté politique à la Mairie d’Anglet pour accompagner les dossiers sensibles?

La presse vient de se faire l’écho sur Anglet de 2 démolitions qui interrogent. Non sur le respect des procédures légales, mais surtout sur la manière et l’absence de concertation et de réflexion politique qu’elles dénotent. Nous avons vérifié les aspects légaux, bien que nous fassions toute confiance aux services municipaux. Mais les services sont garants des règles, pas de l’impulsion politique des choix et de l’esprit des opérations.

La démolition de la ferme Mauléon est un vieux dossier, Dès 2011, en concertation avec les associations patrimoniales, la municipalité de J.Espilondo avait fait lancer toutes les études nécessaires pour protéger tout ce qui pouvait l’être dans ce lieu témoin de l’histoire d’Anglet à la fin du Moyen Age. Même si la décision d’araser les murs de l’édifice à hauteur de 1 m était inéluctable pour des raisons de sécurité aérienne, nous avions insisté auprès de la DRAC sur l’importance de la conservation mémorielle. C’est ainsi qu’en 2012 un arrêté de la Direction Régionale des Affaires Culturelles listait les éléments à conserver et précisait même que “pour assurer la bonne exécution de ses prescriptions, les travaux de démolition devraient se faire sous la surveillance d’un agent du service Régional de l’archéologie, qui ferait à cette occasion couverture photographique de la charpente avant démolition. “ Cela n’a pas été le cas ces derniers jours.
Il aurait suffi d’un peu d’engagement de la municipalité actuelle pour obtenir que l’ensemble ces prescriptions soient maintenues dans l’arrêté de démolition du 21 Mai 2015. Mais aucun élu d’Anglet n’a contacté la DRAC pour montrer son intérêt pour un traitement attentif de ce dossier . Résultat: une démolition barbare, qui exclue toute réutilisation sur Anglet d’éléments d’oeuvre (pierres, charpentes) par exemple pour restaurer lavoirs et fontaines. Et surtout une impression de précipitation et de manque de transparence, en particulier envers les associations patrimoniales. On est loin du tableau idyllique d’une municipalité exemplaire en termes de concertation et de respect des citoyens que brosse le Maire lors des réunions publiques de Conseils de Quartier.



Réaction du groupe "Anglet l'Avenir Avec Vous" aux polémiques sur la démolition de la Ferme Mauléon et de la maison Voisin (Réseau Comète)

Même questionnement sur le sens de l’action politique en ce qui concerne la démolition de la Villa Voisin, QG du Réseau Comète. Elle va être détruite (permis de démolir et de construire du 10 Février 2015) pour réaliser sur 940 m² de terrain un ensemble immobilier de 7 logements collectifs en R+2. Nous ne jugerons pas de l’intérêt social du projet, qui semble n’être qu’une simple promotion immobilière privée. Mais là aussi aucun contact n’a été pris par la municipalité avec la DRAC pour envisager l’hypothèse d’une préemption municipale et la possibilité de réaliser un lieu mémoriel. Une magnifique exposition sur le réseau Comète a été présentée récemment au Muséo San Telmo de St Sébastien et circule en Europe. Elle aurait pu trouver dans la villa Voisin un écrin pérenne et participer ainsi de l’image à la fois mémorielle et touristique de notre ville. Il a fallu l’approche de la cérémonie commémorative annuelle du réseau Comète pour que nous apprenions par la presse la disparition prochaine de ce lieu emblématique de la Résistance.

Réaction du groupe "Anglet l'Avenir Avec Vous" aux polémiques sur la démolition de la Ferme Mauléon et de la maison Voisin (Réseau Comète)Réaction du groupe "Anglet l'Avenir Avec Vous" aux polémiques sur la démolition de la Ferme Mauléon et de la maison Voisin (Réseau Comète)

Alors, s’agit-il d’un manque de vision et de projets ou d’un laisser-faire et d’une absence d’intérêt pour tout ce qui touche à la mémoire et à l’histoire culturelle et patrimoniale de notre ville ? En tout cas à écouter les réactions qui nous parviennent, c’est assurément une sacrée ignorance des attentes des citoyens.

Partager cet article

Repost 0
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 14:08

Le PLU de 2013 est actuellement en cours de modification, l'enquête publique prenant fin le 20 Juillet.
Cette modification était indispensable de par la mise en application de la loi ALUR (Loi pour l'Accès au Logement et un Urbanisme Rénové, postérieure au PLU élaboré par la municipalité de J. Espilondo), qui supprime en particulier les Coefficients d'Occupation des Sols et les tailles minimales de parcelles.
Nous avions annoncé que nous engagerions une modification du PLU si nous étions élus, afin de l’adapter aux nouvelles exigences de la loi ALUR et de corriger des points de détails. Notre groupe « Anglet l’Avenir Avec Vous » souhaite toutefois réagir sur le contenu de la modification proposée par la majorité municipale, qui est en réalité bien loin des récriminations de M. Olive lorsqu'il était dans l'opposition et de ses annonces pendant la campagne des municipales!

L'équipe municipale présente cette modification comme "découlant de leur projet politique", dans le but de "mieux maitriser l'évolution urbaine et la qualité de vie", "à l'inverse de la forte densification et de la construction verticale programmée" ! Mais une fois de plus, elle ne fait pas ce qu’elle dit. Nous encourageons les Angloys à consulter les documents soumis à enquête publique: ils constateront par eux-mêmes que les orientations de notre PLU de 2013, si décrié par la majorité municipale actuelle, sont en vérité validées par leur modification, et même renforcées. La densification du centre-ville et le long des grands axes, pour mieux protéger la ville jardin tout en répondant aux besoins en logements de nos concitoyens, est non seulement maintenue mais très sensiblement augmentée ; les outils de mixité sociale - en particulier la règle des 30 % de logement social dans tous les programmes à laquelle ils s’opposaient - sont conservés et même amplifiés.
Force est de constater que les mensonges de la campagne électorale durant laquelle ils ont créé un clivage sur la vision du développement de la Ville, en promettant d’empêcher une urbanisation galopante qui d’après eux « dénaturerait » Anglet, sont contredits par ces rapports soumis à enquête publique. Ce qu’ils proposent aujourd’hui ne correspond en rien à leurs promesses, et vient conforter les orientations du PLU que nous avons élaboré en 2013, PLU qu'ils ont tant décrié!

  • la densification du cœur de Ville est aujourd'hui confirmée, alors qu'elle a donné lieu à d’innombrables polémiques, destinées à faire naître des craintes qui n'avaient pas lieu d'être, et reprises durant la campagne des municipales. Aujourd’hui, la modification du PLU confirme cette densification initiée par la municipalité de J. Espilondo!
  • elle est même renforcée, grâce à l'utilisation des secteurs à plan masse, comme le dit lui-même M.Veunac, adjoint à l’Urbanisme, dans le dernier magazine municipal: "nous souhaitons densifier tout autant mais sur des ilots spécifiques à travers des programmes immobiliers judicieusement répartis et vecteurs de mixité sociale"…Là encore, nous sommes bien loin de ses propos sur le PLU de 2013, lorsqu'il dénonçait : " le système de secteur à plan de masse montre les limites de la volonté de concertation. Le système de plan de masse, il n’y a plus de concertation, c’est la ville qui décide"!
  • la règle imposant un pourcentage de pleine terre pour chaque programme, que nous avions créée avec le PLU de 2013, avait été moquée par M.Veunac, qui la qualifiait très péjorativement "d'invention angloye", et serait selon lui inapplicable. Nous constatons avec satisfaction qu'elle a été conservée et renforcée par la nouvelle municipalité, qui s'en vante aujourd'hui dans le magazine municipal!
  • la nouvelle municipalité se réjouit que sa modification permette de "limiter la possibilité d'associer les parcelles en vue de réaliser de grandes constructions"… Ce travail avait été réalisé avec le PLU de 2013, qui limitait les droits à bâtir sur les parcelles de grande surface, à l'inverse du PLU « Villenave-Olive-Mortalena » qui favorisait le rapprochement de parcelles pour construire des immeubles dans les quartiers pavillonnaires.
  • l'obligation de réaliser 30% de logements locatifs sociaux et 10% d'accession sociale que nous avions également imposée pour chaque opération de plus de 1000 m² avait également été raillée et décrédibilisée par M.Olive, l'accusant "d'engendrer des immeubles toujours plus hauts et bas de gamme " et de "conduire inévitablement à une hausse des prix dans le secteur privé"…Cette règle, si néfaste selon lui et qu'il contestait encore récemment dans la presse, est non seulement conservée mais elle est même élargie et renforcée dans sa modification du PLU! Nous serons évidemment vigilants quant au respect du Plan Local de l’Habitat et au type de logements réalisés, afin qu'il s'agisse réellement de logements sociaux, et non de logements intermédiaires à loyer plus élevé.
  • nous notons également que le secteur du Maharin reste toujours constructible…


Toutefois, si nous constatons avec satisfaction que cette modification du PLU renforce les dispositions du PLU de 2013, elle comporte malgré tout certains excès qui nous inquiètent, et que nous aimerions voir corrigés.

En effet, la densification en cœur de Ville doit rester raisonnable et conforme à l'esprit de la loi ALUR et du PLU de 2013, qui veut aussi une ville plus belle et plus agréable à vivre. Or cette modification proposée augmente considérablement les droits à bâtir dans toutes les zones. Malgré les hauteurs maximales qu’elle impose, elle définit des coefficients d’emprise au sol beaucoup trop élevés. C’est ce que montrent de façon très claire les documents soumis à enquête publique (chap 2.4 du rapport de présentation) !
Prenons l'exemple d'un terrain de 1000m², le long de la RD810 (zone UA1): là où le PLU de 2013, qui n'imposait pas de hauteur limite mais un COS de 1.25 permettait de construire 1250m², la modification du PLU, qui impose des hauteurs maximales à 6 niveaux (R+5) et une emprise au sol de 65% permet de construire 3500 m²!! Une constructibilité multipliée par 3 ! Quel cadeau fait aux promoteurs !!!! Quel mensonge envers ses électeurs qui ont cru aux promesses de M. Olive…

Nous proposons donc que les emprises au sol soient diminuées, et que les distances entre immeubles sur un même terrain soient encadrées. Avec la suppression des coefficients d’occupation des sols, avec l'augmentation de l'emprise au sol, il est aujourd'hui indispensable de maitriser ces distances entre immeubles!
Sans cela, cette augmentation de la constructibilité nous ramènera à la triste époque du bétonnage sans limites que nous avons connue de 2001 à 2008. Car là encore, contrairement à ce que M.Olive a pu prétendre, le rapport de présentation de la modification du PLU rétablit la vérité en présentant les statistiques de construction depuis 2004. Et nous montre que les méchants "bétonneurs" ne sont pas forcément ceux que l'on croit…
Ainsi, on constate que la municipalité de M.Villenave a autorisé 564 logements par an entre 2004 et 2007, alors que celle de M.Espilondo n'en a autorisé que 461 par an! Le changement n'était pas dans la quantité de logements produits, mais bien dans leur nature: 13% de logements sociaux pour la mandature Villenave, 40% pour la mandature Espilondo!

Autre exemple d'entorse aux promesses électorales de M.Olive: la question des hauteurs! Alors qu'on peut certes noter une diminution d'un niveau des hauteurs sur toutes les zones, on constate aussi des choses plus masquées dans les secteurs à plan masse, avec des hauteurs de 26 m (quasiment 9 niveaux) sur Bovero, de 25 m (+ de 8 niveaux) dans le secteur du magasin « Jean Sablé » sur la RD810 et de 16.80 m (quasiment 6 niveaux) dans le projet Choisy! Que penser de ces chiffres ? Une nouvelle entorse aux promesses ? Le débat sur la hauteur des bâtiments n’était-il qu’un leurre au moment des élections, pour être oublié une fois élu…

Même si M.Olive multiplie les effets d'annonce sur sa vision de l'urbanisme soi-disant radicalement opposée à la nôtre, la modification du PLU proposée conforte nos orientations de 2013, pourtant tant fustigées. Les documents de l'enquête publique permettent aujourd’hui de rétablir la vérité sur les polémiques infondées qui ont alimenté la campagne électorale. Et Mr Olive nous donne la preuve qu’à l'encontre de ses promesses électorales, il vient renforcer dangereusement la constructibilité en cœur de Ville et le bétonnage dans la plupart des secteurs stratégiques…

Le groupe d’opposition « Anglet l’Avenir Avec Vous »
Guy MONDORGE - Sandrine DERVILLE - Georges DAUBAGNA - Sandra PEREIRA

Partager cet article

Repost 0
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 14:04

Notre quotidien régional est particulièrement sensible à la vie et au devenir de la Salle Quintaou, et cela ne peut que ravir ceux qui ont porté ce lieu pendant 5 ans contre vents et marée.
Le 8 Juin dernier, Sud-Ouest donnait la parole à la Scène Nationale, ravie que cette salle lui permette d’accueillir à Anglet sur la saison 20 000 spectateurs sur les 43 000 qu’elle revendique. Et de promettre qu’il y aura encore plus de spectacles à Anglet l’an prochain, histoire de mieux profiter des 800 places mises à sa disposition pour faire du chiffre et espérer augmenter ses abonnés …

Mais qu’en est-il du renouvellement éventuel de la convention entre la ville d’Anglet et la Scène Nationale votée lors du CM du 25 septembre 2014, et qui s'appliquait du 1er septembre 2014 au 30 Juin 2015. C’était une convention « transitoire »…
Et qu’en est-il du bilan d'exécution, inscrit dans les clauses de cette convention, et qui devait être fait par la Ville et la Scène Nationale au plus tard au 1er juin. A-t'il été effectué? Pourquoi n'a-t'il pas été communiqué aux élus? Nous exigeons aujourd’hui la transparence sur les chiffres de la salle après une saison complète.

Comment a été préparée la saison 2015-2016, dont nous venons de découvrir la programmation? Un programme publié alors qu’on ne sait pas si la Ville d’Anglet renouvelle sa convention avec la Scène Nationale, caduque au 30 Juin. Un programme où l’on constate que la partie Théâtre a disparu de Quintaou, puisque la saison 2015-2016 ne propose qu’une seule pièce de théâtre dans la grande salle ! Le « Théâtre Quintaou » - ainsi renommé par l’adjoint à la culture M.Barrate ! - se voit donc désormais accueillir presque exclusivement des spectacles de danse et de musique. Quelle déception par rapport au projet initial qui a justifié la construction de cette salle de spectacle : offrir une programmation riche, diversifiée, abordable pour tous, au travers d’une politique culturelle de qualité, originale, au service des associations et de tous les angloys…

Car, qu’ont à faire les contribuables angloys de la course à la rentabilité de la Scène Nationale ? Est-ce une saison culturelle complète que la Scène Nationale propose aux angloys, ou une simple succession de grandes affiches qui remplissent à coup sûr…Des spectacles que les 800 premiers abonnés des premières saisons culturelles angloyes ne peuvent plus s’offrir.

Rappelons nous le passé et la campagne municipale…Cette Salle Quintaou inutile, trop grande, mal conçue, que M.Olive vouait aux gémonies, contre laquelle il n’avait pas de mots assez durs, la voilà devenue son jouet, avec lequel il parade en l’offrant à qui veut l’utiliser.
Le piéton d’Anglet du 18 Juin pousse même « les organisateurs de festivals » (il faut lire sans doute « la Ville de Bayonne »…) à l’humilité…en regardant son succès ?
Mais cette salle, qui l’a voulue ? Qui l’a réalisée ? Qui disait le besoin des associations culturelles angloyes d’avoir un lieu d’expression ? Sans doute pas Mr Olive.
Pourtant la preuve est faite aujourd’hui. C’est plus de 30 000 spectateurs qui sont venus assister aux spectacles des compagnies amateurs, des collèges, des écoles. La salle explose devant la demande associative et c’est ce que nous attendions.
Cette salle était un besoin, le besoin d’une culture en famille. C’est aussi une réussite technique, désormais professionnellement reconnue.
Dommage qu’elle ne soit pas utilisée pour construire une véritable saison culturelle angloye, complète, accessible à tous, ouverte à toutes les formes d’expression artistique.

M.Olive continue à s’empêtrer dans les promesses que lui avait arrachées son futur adjoint à la Culture. Il se rend compte, nous l’espérons, de l’erreur qu’il a faite en l’écoutant. Mais il n’a toujours pas décidé par qui et comment son « Théâtre » serait géré. Comment imaginer sous traiter 180 dates municipales par an à un prestataire. Ce n’est pas la mission de la Scène Nationale. Ou combien cela coûtera-t-il ?

Alors le maire, ne sachant plus à qui se fier, agite le hochet de la concertation sur un futur schéma culturel qui remplacera l’existant…rédigé il y a 3 ans seulement…. Toujours aussi dogmatique, Il en parle avec les conseils de quartiers, mais surtout pas avec les élus. Il lance sur la piste un cabinet conseil parisien qui sonde actuellement quelques angloys, pour savoir s’ils sont satisfaits de ce que leur ont vendu Mr Olive et la Scène Nationale depuis Septembre dernier. Et pas un mot dans le questionnaire sur les cultures régionales. C’est vrai…ils sont parisiens…
Que d’argent perdu ! Que de temps perdu !

Et pendant ce temps là, le personnel municipal de la salle est dans l’incertitude.

Les élus d’opposition PS et Verts attendent avec impatience le prochain article de Sud-Ouest pour en savoir plus.

Le groupe d’opposition « Anglet l’Avenir Avec Vous »
Guy MONDORGE - Sandrine DERVILLE - Georges DAUBAGNA - Sandra PEREIRA

Partager cet article

Repost 0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 13:27

Avec les élus du groupe "Anglet l'Avenir Avec Vous", nous avons interpellé le directeur du courrier des Pays de l'Adour ainsi que le Maire d'Anglet pour régler le problème de la fermeture estivale du bureau de Poste de Blancpignon, et les difficultés de La Poste à Anglet depuis les récentes réorganisations.

Ce nouveau recul du Servide Public, quelques mois après la fermeture du bureau de BAB2, va pénaliser les habitants, en premier lieu les plus fragiles d'entre eux, mais aussi les touristes et toute l'activité économique du quartier. Nous ne pouvons l'accepter.

Partager cet article

Repost 0