Agglomération Côte Basque Adour

Conseil Départemental

14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 14:06

A longueur de pages de quotidiens , de tweets ou de pages facebook on lit le mot « basque » associé au mot « fusion ».
Quand 2 clubs de rugby n’arrivent pas à se maintenir dans l’élite du top 14, le remède est vite trouvé : la fusion dans un club unique « basque ». Effet marketing garanti (…paraît-il…) qui fera venir (…paraît-il…) dans l’escarcelle du nouveau club des millions d’€ . Et en plus attirera de purs produits de la diaspora « basque » venus d’Australie, d’Afrique du Sud ou de Nouvelle Zélande aux noms typiquement basques et enchanteurs.
Quand un club de hand ball féminin angloy-biarrot a du mal à assurer son recrutement et ses fins de mois, la même médecine miracle est envisagée et la presse se met à nouveau à parler d’un grand club « basque » qui va naître en fusionnant avec les bayonnaises.
Et tout cela dans un territoire géographique à l’histoire éminemment gasconne…Mais à Bayonne, Anglet, Biarritz, Boucau, le mot gascon semble avoir un gros défaut : il ne rime pas avec marketing.
Jusqu’au festival Kulture Sport qui intègre le K de Marketing pour faire plus « Bask »

Très honnêtement, je serais basque, je crois que je rentrerais en ébullition de voir ma culture transformée en produit de supermarché du sport professionnel.
J’habiterais en pays landais, je me précipiterais pour échanger ma carte d’abonné de l’AB ou du BO contre celle du stade Montois.
Et je serais un basque de la vallée de la Nive, de la Soule ou de la côte luzienne, j’irais dépenser mes Euskos aux guichets de mon petit club courageux de proximité, qui fait fait jouer des gamins du coin et en fait des hommes, pas des marchandises.

Mais je suis un gascon du BAB. Alors je subis, et au lieu de fondre, je bouillonne. Il me reste heureusement l’Anglet Olympique, qui me prouve qu’on peut monter en division supérieure avec le simple secours de la devise gasconne de ma ville « Mà e Pignada per m’ayda ».

Et j’ai une pensée émue pour ce joli club de près de 1000 adhérents, l’ASPTT Bayonne Côte Basque, qui arrive à vivre sans aucune subvention publique d’une ville de l’Agglo. Et dont les bénévoles ont monté une Peña, la Peña Kikabukoa, dont les petits bénéfices permettent de combler les déficits annuels du club. Comme quoi, la lettre K peut être utile, mais à condition d’en mettre 3 et de l’entourer d’un esprit associatif.

Partager cet article

Repost 0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 18:51

Dans une interview à la Semaine du Pays Basque, le responsable de l’UMP 64 Max Brisson nous apprend qu’il sera désormais candidat à toutes les élections (départementales, régionales, législatives, municipales…) et qu’il soutiendra la candidature de Jean-Jacques Lasserre au poste de Président du Conseil départemental.

Monsieur Brisson va jusqu’à affirmer, manifestement sans rire, que « la présidence de Jean-Jacques Lasserre a été une grande présidence ». Il a oublié Jean Castaings. La majorité départementale actuelle, est, elle, chargée de tous les péchés bien au-delà des sept habituellement cités.

Voici donc les douze péchés, tous capitaux, de la majorité de gauche au Conseil général.

Le 1er péché, c’est d’avoir porté de 3,9% en 2008 à 6,1% en 2014 le nombre d’agents du conseil général en situation de handicap, respectant ainsi la loi qui demande un minimum de 6%.

Le 2ème, c’est d’avoir permis à 137 agents embauchés sur des emplois précaires au Conseil général, taillables et corvéables à merci depuis de trop longues années d’obtenir un vrai emploi.


Le 3ème, c’est d’avoir recruté 70 jeunes en emplois d’avenir


Le 4ème, c’est d’avoir consolidé le système permettant à 55% des bénéficiaires des minimums sociaux de se réinsérer sur le marché du travail.


Le 5ème, c’est d’avoir instauré un tarif unique pour tous les restaurants des collèges du département et d’avoir mis en place une aide aux familles nécessiteuses.


Le 6ème, c’est d’avoir permis aux collégiens, aux enseignants et à toute la communauté éducative des collèges du département de bénéficier des équipements et des technologies les plus modernes en fonction de leur besoin et de leurs attentes.


Le 7ème , c’est d’avoir repris en gestion directe le petit train de la Rhune, jusque-là délégué à un opérateur privé, afin de développer plus et mieux ce site touristique majeur du département ; c’est d’avoir réalisé la modernisation de la Pierre Saint Martin à hauteur de 24 millions d’euros quand l’ancienne majorité n’avait inscrit qu’un million d’euros.


Le 8ème, c’est d’avoir modernisé la filière pêche et ses outils dans le département.


Le 9ème, c’est d’avoir mis en place, avec les acteurs du monde économique, de nouvelles actions pour les filières industrielles et artisanales, pour l’agriculture, le commerce, le tourisme.


Le 10ème, c’est d’avoir créé 200 emplois dans les maisons de retraites depuis 2011,


Le 11ème, c’est d’avoir maintenu un haut niveau d’investissement dans un contexte difficile pour les finances publiques : 70 millions d’euros en 3 ans pour les collèges, dont beaucoup étaient dans un état préoccupant.


Le 12ème, c’est d’avoir mis en place une nouvelle politique pour favoriser les investissements des communes ou intercommunalité : désormais, chaque commune, chaque syndicat intercommunal ou communauté de communes ou d’agglomération sait par avance le montant des aides dont elle va bénéficier de la part du conseil général pendant 4 ans (au total, 200 millions d’euros sont inscrits en crédit de paiement).


Nous avons fait de l’action et de la proximité nos maîtres mots. Nous agissons au quotidien pour protéger nos concitoyens, protéger nos territoires, soutenir les plus vulnérables et défendre toutes nos villes et tous nos villages, sans exclusive. Nous faisons, en somme, ce pour quoi le Département existe.

Marie-Christine Aragon

Kotte Ecenarro

Henri Etcheto

François Maitia

Christophe Martin

Guy Mondorge

Arnaud Villeneuve

Partager cet article

Repost 0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 10:21

A l’heure des débats confus sur des Régions fluctuantes, à l’heure des propositions mi-chèvre mi-choux de l’Etat d’une communauté de communes couvrant un Pays Basque idéalisé, d’autres musiques se font entendre, comme cet appel conjoint des présidents des Conseils Généraux 64 et 65 pour un “Espace Béarn Bigorre Pyrénées”. Un appel cohérent et réaliste à l’échelle d’un vrai bassin de vie Pau-Tarbes.

Je rêve d’entendre le même appel conjoint des Présidents des CG 64 et 40 pour un “Espace Pays Basque Sud des Landes Côte Atlantique” qui pourrait préfigurer le Pôle Métropolitan qui de Dax à Hendaye et Mauléon aurait bien plus d’ambition et de dynamique économique et touristique que la collectivité territoriale réclamée par certains.

Notre département est limitrophe de 3 départements français, les Landes, le Gers et les Hautes Pyrénées. Il est frontalier de 3 régions espagnoles: Euzkadi, la Navarre et l’Aragon.
Sa vie quotidienne et son développement économique s’inscrivent à mon avis dans une logique de fusion des Régions Aquitaine et Midi Pyrénées.
La dynamique transfrontalière avec l’Espagne que pourrait porter cette grande Région serait structurante pour une construction européenne efficace, tant dans les domaines universitaires qu’agricoles, industriels, touristiques ou de transports et d’échanges commerciaux.
Une ambition bien plus ouverte sur l’Europe que les tripatouillages actuels de fusion avec le Limousin ou les Charentes, avec tout le respect que je porte à ces belles régions et à leurs habitants.

Voici le texte de la tribune des 2 présidents de Conseils généraux:

Pour un Espace « Béarn Bigorre Pyrénées » - Tribune de Georges Labazée, Président du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques et Michel Pélieu, Président du Conseil Général des Hautes-Pyrénées

L’actualité immédiate vient une nouvelle fois de donner du sens aux coopérations existantes entre le Béarn et la Bigorre. Dernier exemple en date, le 2nd forum économique organisé jeudi 3 juillet à Pau, devant 400 personnes, par les CCI de Tarbes-Hautes Pyrénées et Pau-Béarn, afin de promouvoir une identité commune et des projets d’avenir.

Notre partenariat est ancien et il est même quasi quotidien. Nous en voulons pour preuve quelques dossiers qui témoignent de la vitalité et de la pertinence de nos coopérations : l’Université de Pau et des Pays de l’Adour qui s’étend de Bayonne jusqu’à Tarbes, l’étude qui a été lancée autour du rapprochement de nos deux plates-formes aéroportuaires, la marque N’PY qui fédère nos stations de ski d’altitude, les deux laboratoires départementaux qui ont fusionné dès 2006, le Bureau de Développement Economique de l’Adour qui soutient les acteurs économiques du Pays Basque à la Bigorre en passant par le Béarn ou encore les initiatives transfrontalières et la réussite du PACT Béarn-Bigorre qui, depuis 1995, mène sur nos deux territoires des opérations d’amélioration de l’habitat.

Notre responsabilité est de regarder de l’avant, de bâtir une « communauté de destin » à l’échelle d’un bassin de vie évalué à près de 600 000 habitants, de Salies-de-Béarn à Lannemezan en passant par Pau-Tarbes-Lourdes. Il nous faut ainsi transcender les limites administratives dont personne à ce jour ne peut préjuger des évolutions. Il convient également de réfuter les démarches conservatrices quoique séduisantes de ceux qui cherchent à sanctuariser leur pré carré à travers un prisme faussement identitaire.

Le défi est d’abord de pallier notre déficit de notoriété collective afin de dynamiser tous les leviers de l’attractivité et du développement. L’enjeu est bien de construire un espace de vie et de projet qui soit identifiable à l’échelle européenne.

Au sein de cet Espace « Béarn Bigorre Pyrénées », les collectivités - villes, intercommunalités, départements - et les acteurs de l’économie cohabiteront, coopèreront, mutualiseront leurs moyens et ressources. Notre réseau de petites villes et bourgs qui maille le territoire au milieu des trois aires urbaines de Pau, Tarbes et Lourdes, accueille un système productif performant constitué de grandes industries, centres de recherche et de formation (aéronautique, énergie…) qu’accompagne un tissu de petites et moyennes entreprises à la pointe de l’innovation.

Ce sera le troisième grand pôle du Sud Ouest fondé sur un mode totalement original et sous une forme librement consentie. Un Espace dans lequel l’urbanisation généralisée des modes de vie fera bon ménage avec une imbrication heureuse de la nature et de l’agriculture, du tourisme au sein de territoires de plus en plus densifiés. Parc naturel urbain du Gave à Pau, Trait vert du CaminAdour à Tarbes, Voie Verte des Gaves à Lourdes sont les marqueurs d’un courant de fond qui invite au rapprochement et à la mixité ville-agriculture-nature.
Voilà un magnifique défi à relever ensemble.

Partager cet article

Repost 0
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 11:26

Communiqué de presse du Groupe de Gauche au Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques
« Les grandes phrases de Max qui cachent de profondes contradictions… »

Par une manœuvre désespérée qui vise à faire oublier les errements politiques et financiers de ses collègues de l’UMP, Max Brisson s’en prend aux parlementaires du Département, à tous les parlementaires, socialistes comme MODEM… L’objet de sa logorrhée dans vos colonnes la semaine dernière : la réforme territoriale et les propositions du Président-Sénateur Labazée.

Tout le monde sait parfaitement que Max Brisson est totalement opposé à la clause de compétence générale des Départements, cheval de bataille de Jean-Jacques Lasserre. Mais au demeurant, c’est bien parce qu’elle existe, cette clause, que le Conseil général finance aujourd’hui l’Office public de la langue basque, les associations culturelles et sociales basques, les clubs sportifs de nombreux villages, les festivals du Pays basque. C’est bien parce qu’elle existe que le Conseil général a pu intervenir en faveur de l’université des Pays de l’Adour ou pour « ouvrir » le BDE, outil économique Bigourdan et Béarnais pour l’industrie, à la commune de Bayonne… Ainsi, le port de Bayonne devient partenaire reconnu et respecté des territoires situés en amont. Et c’est parce qu’elle existe que les élus de la majorité de gauche au Conseil général ont pu se battre pour un nouveau contrat territorial du Pays basque, confortant ainsi l’existant : le conseil des élus et le Conseil du développement du Pays basque.


Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques est un Conseil général de gauche qui est attentif aux questionnements de la population du Pays basque comme par exemple, la ligne de bus entre Tardets et Bayonne que nous avons mise en place à un tarif très compétitif ou les contrats de territoire passés avec chaque communauté de commune ou d’agglomération du Pays basque. C’est près de 200 millions investis par le Département pour que ces projets d’investissement fleurissent au Pays basque.

Aujourd’hui comme hier, Max Brisson construit des phrases et des formules pour critiquer « amis » et adversaires, au risque de se contredire... Pendant ce temps, avec le Président Labazée et nos collègues de la majorité départementale, nous agissons de façon concrète pour le développement et l’avenir du Pays basque qui fait partie intégrante de notre territoire.

Pour le groupe de la gauche, les conseillers généraux :
Marie-Christine Aragon (Bayonne est),
Kotte Ecenarro (Hendaye),
Henri Etcheto (Bayonne ouest),
François Maitia (Saint Jean Pied de Port),
Christophe Martin (Bayonne nord),
Guy Mondorge (Anglet sud),
Margot Triep-Capdeville (Billère) Présidente du Groupe

Partager cet article

Repost 0
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 17:24

J’ai reçu par mail une réaction à l’article de mon blog sur les résultats des élections Européennes. Voici ce mail et la réponse que j’y ai apportée


Bonjour,
N'y a-t-il pas mieux à faire que des analyses critiques,polémiques et stériles sur les résultats des élections européennes.
Ne serait-il pas plus important de rechercher les raisons de la défaite de la liste de M. Espilondo et de mettre en place les actions correctives?????
cordia
lement


Bonjour,
Vous avez tout à fait raison, mais , comme disent les enfants, c’est Mr Olive qui a commencé..., répétant à qui voulait l’entendre dans la salle des Fêtes de la mairie que les voix du front national venaient de l’électorat de gauche!

Alors je n’ai fait que rappeler:

1° tour des municipales

Olive (UMP+Modem) et Mortaléna (Divers Droite) = 54,5 % des voix

Espilondo (PS+PC+Verts) et Larrieu (Front de Gauche) = 39,78% des voix

2 mois plus tard - Elections Européennes

Ensemble de la gauche: 36 %

UMP + modem UDI 37%


La théorie de C. Olive est elle mathématiquement vérifiée? Je vous laisse seul juge.

Alors Oui, la liste Espilondo a largement perdu les élections municipales. Sans doute parce qu’elle a été fidèle à ses engagements, parce qu’elle a privilégié l’action sociale ( logements sociaux et densification du centre ville pour protéger les zones pavillonnaires) et qu’elle a refusé la démagogie , parce qu’elle a réveillé culturellement Anglet et qu’elle a investi pour les angloys malgré les mensonges et les chausse-trappes judiciaires multipliées par les oppositions, parce que nous avons considéré Anglet comme une ville à développer en accueillant des jeunes et des actifs et non comme une réserve de privilégiés à protéger.
Ceux qui ne rêvaient que statu quo, voire de nostalgie du passé, ont donc voté pour le calme et l’immobilité.
Nous pouvons nous reprocher de ne pas avoir écouté le murmure qui montait. Car si nous l’avions écouté,et dans un contexte national favorable, nous aurions peut-être été réélus. Mais aurions nous été fier de nous? Nous souhaitions être élus sur un bilan fidèle à nos promesses, et sur un programme clair et ambitieux pour Anglet.

Nous avons donc largement perdu, mais 17% de l’électorat de la liste Olive se sont dissous aux Européennes.Où sont-ils passés? Pourquoi? Je vous laisse donner votre réponse aux raisons de ce constat. Je n’ai fait que poser la question?

Vous parlez d’actions correctives: nous avions décidé de figer les taux d’imposition (ils le font aussi) mais nous savions que nous pourrions continuer à construire:
- une maison des cultures régionales,
- une réhabilitation du château de Baroja et une extension indispensable de l’ALSH
- Un écoquartier au Maharin
- Des saisons culturelles de qualité pour les familles à des tarifs abordables pour tous et une expression facilitée des associations culturelles angloyes
- La mise en place déjà préparée des nouveaux horaires scolaires
- le respect du plan local de l’habitat de l’Agglomération et la remontée du % de logements sociaux

Les premiers actes posés par l’équipe en place sont de vouloir briser tous ces projets. Très vite il vont s’apercevoir qu’il faudra les réaliser. Ils feront tout pour dénigrer, mais ils feront. Quel succès que de ne faire en centre ville que des immeubles de 7 étages au lieu de 9....? Quelles économies en donnant la gestion de la salle Quintaou à la Scène nationale.....?
Si c’est ce que vous appelez des actions correctives, donnons nous rendez-vous dans 6 ans. Mais soyez assurés que nous défendrons les valeurs qui avaient présidé à l’élaboration de notre programme électoral.

Très cordialement

Guy Mondorge

Partager cet article

Repost 0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 08:22

Certains points forts se détachent des résultats des élections européennes du 25 Mai 2014 à Anglet:

- D’abord celui d’une participation faible mais proche de 47%

- Ensuite celui d’un équilibre gauche/droite presque parfait: 37% pour le bloc UMP-UDI-Modem, 36% pour le bloc PS-Verts-Front de gauche-Lutte Ouvrière-Nouvelle donne

- Une défaite forte des mouvances indépendantistes basques dans notre ville (3,5%) alors qu’elles avaient l’occasion, dans un contexte européen, d’affirmer leur envie de reconnaissance et d’autodétermination.

- Enfin par une apparition très forte du FN: 15,1%

Mais certains, et en particulier Claude Olive, souhaiteraient faire croire que ces voix FN viennent uniquement de la désaffection du peuple de gauche.
Si c’était le cas, ce serait l’assurance que la gauche, avec ces voix perdues, serait majoritaire à Anglet si la conjoncture nationale était meilleure et si le syndrome Hollande n’existait pas. Chacun de nous sait bien que notre ville reste une ville de centre droit, mais que la désespérance d’une grande partie de l’électorat , tant au niveau des abstentionnistes que de ceux qui se réfugient dans un vote FN, protestataire bien que sans espoir, viennent aussi bien des rangs de l’UMP que de ceux des partis de gauche.
Car ceux qui soufflent sur les braises devraient se poser la question de qui a allumé le feu. La politique Sarkozy est celle qui a mis la France dans l’Etat où elle se trouve aujourd’hui. Et localement le discours de destruction et de bashing de C.Olive sur la politique municipale de la Gauche à Anglet ces 6 dernières années, si elle a permis à Claude Olive de devenir Maire, commence à poser beaucoup d’interrogations aux angloys, les actes qu’il pose étant loin d’être à la hauteur des promesses qu’il a faites. Les électeurs angloys ont exprimé ces interrogations en ne réitérant pas, 2 mois après, le vote qu’ils avaient exprimé aux municipales.

Le vote Front National n’est pas un vote d’apprentis fascistes. C’est un vote d’appel au secours, d’exigence d’espoir et d’écoute. Il s’adresse à tous, responsables de droite comme de gauche. Sachons répondre à cet appel par des propositions concrètes, expliquées et transparentes, mais surtout pas par la démagogie et la désinformation..

Partager cet article

Repost 0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 20:48

Triste interview du nouveau Maire d’Anglet dans Sud Ouest. On aurait pu croire que la fonction lui donnerait de la hauteur. Il retombe dans les arguments de campagne rabâchés, misérabilistes et démagogiques, soigneusement peaufinés par ses communicants.

Monsieur Olive, qui se vante d’avoir franchi tous les échelons du RPR jusqu’au Conseil National, n’est pas un apparatchick ! Qu’on se le dise ! Et qu’on le croie lorsqu’il ajoute qu’il a souffert qu’on ait mis la politique à tous les étages pendant 6 ans…tout en affirmant sa filiation avec De Gaulle, Fillon et Juppé. Anglet va avoir enfin un maire apolitique…..

Monsieur Olive se dit le porteur d’une « vision partagée ». L’ennui, c’est que sur l’ensemble de la pleine page qui lui est consacrée, il n’y a pas l’ombre d’une vision ou d’un projet. Le partage doit être tellement fort que chaque morceau est devenu invisible.

Fier comme Artaban d’être né quelque part (A Anglet, pour ceux qui aurait raté un épisode), Monsieur Olive, écrit Sud Ouest, n’a pas un profil d’énarque. Il considère comme un titre de noblesse de ne pas avoir fait d’études supérieures, et d’être sorti à la force du poignet de son quartier populaire de Blancpignon. Pas une conférence de presse où il ne l’ait rappelé, et il nous en remet une couche….
Sachez le, vous qui êtes fils ou petit-fils d’ouvrier ou de paysan, et qui avez eu le mauvais goût de travailler pour faire des études, et pire de les réussir, vous commettez sans doute le délit de faciès d’énarque, et vous n’aurez aucune légitimité pour être élu à Anglet.

Sans doute pour faire pleurer dans les chaumières de Chiberta , Monsieur Olive fait son Caliméro. Il « donne une leçon », du moins, le dit-il, « à ceux qui l’ont méprisé ou ont manifesté de la suffisance à son égard ». Autrement dit, merci aux angloys de lui avoir enfin montré leur admiration et d’avoir flatté son ego si malmené par la vie. Cela va sans doute le rassurer. Peut être même lui donner envie de faire quelques projets.

D’ailleurs ne dit-il pas que « sa première grande émotion politique a été d’être élu au Parlement de Navarre » et d’avoir ainsi « compris qu’il pourrait franchir un pas supplémentaire ». Moi qui croyais naïvement que, compte tenu de sa modestie naturelle et de son amour pour sa ville, ce serait son élection comme adjoint au Maire d’Anglet, il y a une dizaine d’années, qui aurait été son choc émotionnel…

Demain sera un autre jour. Il va bien falloir passer aux choses concrètes…

Partager cet article

Repost 0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 13:06

Dimanche, les urnes ont parlé. La sanction nationale, résultat de déceptions, que je comprends et partage, sur plusieurs aspects de la politique gouvernementale, a fait se tourner les électeurs vers l’extrême-droite et vers tout ce qui est contre.
A Anglet, cette sanction nationale a fait oublier aux déçus l’ampleur du travail réalisé sur le plan local pour la vie quotidienne des angloys par Jean Espilondo et son équipe. La déception nationale ne peut se traduire par la sanction locale d'un maire qui a fait une vraie politique sociale et de gauche: logement social, solidarité, concertation, emploi...

Car sur le plan local,il est bien connu que celui qui ne fait rien ne dérange pas. Que les intérêts particuliers dominent sur l’intérêt général. Et que plus on agite les égoïsmes et plus on déforme la vérité, plus l’écho qui en est fait est difficile à contrer.
Pour proposer et construire, il faut travailler et fédérer. Pour expliquer et convaincre, c’est long et souvent complexe. Pour caricaturer et faire peur, c’est facile et immédiat.

Au 1° tour, les angloys qui ont voté à droite ont simplement voté contre. Contre quoi? Eux seuls le savent.
Les angloys qui ont voté Olive n’ont pas regardé les programmes. S’ils avaient regardé les programmes, ils auraient vu que la droite à Anglet n’en a aucun.
Ses projets minimalistes ne sont même pas chiffrés.

Voter Olive,c’était simplement voter contre. Et voter Mortaléna, c’était voter contre Olive.

Au 2° tour , les Angloys devront prendre leur responsabilité.

Ou ils livreront la ville et leur quotidien aux mains de ceux qui de 2001 à 2008 n’ont rien fait de concret. A ceux qui se sont déchirés (4 démissions, un limogeage, des ambitions personnelles, des haines farouches qui se poursuivent jusqu’à aujourd’hui). Tout cela, les nouveaux angloys ne le savent pas.

Ou ils voteront pour un Maire et une équipe unie. Une équipe compétente qui a su montrer qu’on pouvait réveiller la Belle au bois dormant, l’embellir, créer des emplois et des logements sociaux, faire revenir des enfants dans nos écoles, donner à la ville une vie culturelle, en résumé la faire vivre. Et tout cela, même les nouveaux angloys le savent.

Jean Espilondo et son équipe ont rassemblé au 1° tour plus de voix qu’en 2008.
Au 2° tour, nous faisons confiance à tous les angloys pour choisir de voter “Pour” plutôt que de voter “contre”.
Voter pour la liste Espilondo, c’est voter pour agir, pas pour dormir ou pour e
ndormir.

Partager cet article

Repost 0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 23:01

Solidaire, intergénérationnelle, dynamique, créative, Anglet a retrouvé sa vitalité et a mieux résisté à la crise que la moyenne.
Grâce aux engagements tenus depuis 2008, nous avons durablement changé notre ville : construction de logements accessibles à tous, salle culturelle du Quintaou et projet culturel pour Tous, baisse de 17% du prix de l’eau, modernisation des équipements publics dans tous les quartiers…et tout cela en maintenant un service public de haute qualité et en augmentant moins les impôts que nos prédécesseurs.


Notre action pour construire l’avenir avec vous reflète et reflètera demain encore les valeurs auxquelles nous sommes attachés, celles de justice, de solidarité, de dynamisme, de solidarité envers les plus fragiles, envers nos ainés et envers nos jeunes.

 

Anglet, l’avenir avec vous…POUR L’EMPLOI


Ce que nous avons fait :

  • Nous avons crée plus de 200 emplois directs dans les différents projets sociaux ou médico-sociaux (maison de retraite du Maharin, établissements de soins, accueil de jour pour malades d’Alzheimer)
  • la pépinière d’entreprises Olatu Leku , dédiée aux activités de la glisse, a généré 70 emplois
  • nous avons œuvré pour préserver l’activité industrielle et les 3500 emplois du Port de Bayonne et en faire un port éco-responsable

 

Ce que nous ferons :

  • le tourisme est indispensable à notre économie (23% de notre activité économique) : nous moderniserons et augmenterons nos offres d’hébergement touristique à vocation familiale, en créant un camping-vert à proximité de la forêt du Lazaret

  • la zone d’activités de Melville Lynch sera aménagée dans la zone de Maignon et accueillera près de 400 emplois.

  • nous poursuivrons la modernisation du Port de Bayonne, indispensable à l’activité économique de notre agglomération

  • le campus technopolitain des Landes de Juzan, favorisera les collaborations entre les entreprises et les laboratoires de recherche de Montaury

  • Nous défendrons le développement du secteur aéronautique, en favorisant l’agrandissement des entreprises existantes et l’arrivée de nouvelles entreprises.

 

Anglet, l’avenir avec vous…POUR UNE VILLE ATTENTIVE A TOUS


Ce que nous avons fait :

  • nous avons aménagé des lieux de vie privilégiés, dans les différents quartiers : la Maison Pour Tous a été agrandie, le sémaphore de La Bécasse a été construit, pour accueillir les associations, les aires de jeux pour enfants et les agrès pour séniors ont été construits ou modernisés dans différents quartiers de la ville !
  • une nouvelle crèche a été ouverte en 2009
  • une nouvelle Maison de retraite publique, a ouvert au Maharin, avec 80 lits
  • un accueil de jour pour malades d’Alzheimer a été crée à Larrebat, permettant un maintien à domicile pour les patients tout en soulageant leurs familles.
  • Nous avons crée ou rénové de nombreux équipements sportifs
  • Avec le succès de la salle Quintaou et une programmation variée, axée sur le spectacle en famille et des tarifs abordables, nous privilégions la culture pour tous !


Ce que nous ferons :

  • nous construirons une nouvelle crèche
  • nous construirons une nouvelle maison de retraite publique
  • nous aiderons les projets de création de maisons d’assistantes maternelles ou micro-crèches, en prenant en compte les horaires décalés
  • nous créerons un lieu de vie - type salle des fêtes - pour les angloys souhaitant organiser un évènement en famille ou entre amis
  • nous poursuivrons l’aménagement de jardins publics, équipés de jeux pour enfants, dans tous les quartiers de la ville
  • la salle Quintaou continuera à offrir des spectacles de qualité, des spectacles en famille, à des tarifs abordables pour tous !
  • le château de Baroja sera restauré, et 2ème centre de loisirs pour les moins de 6 ans sera crée: les tout petits seront ainsi accueillis dans un espace plus adapté à leur rythme et à leurs besoins, et cela libèrera des places pour les 6/12 ans au centre de loisirs de Baroja.
 

Anglet, l’avenir avec vous…POUR LE LOGEMENT


Ce que nous avons fait :

  • nous avons construit 780 nouveaux logements sociaux et 112 logements en accession sociale à la propriété entre 2008 et 2013
  • le pourcentage de logements sociaux est passé de 9.3% en 2008 à 12.7% aujourd’hui
  • depuis 2008, les promoteurs ont l’obligation d’inclure un minimum de 30% de logements sociaux dans toutes les constructions de logements collectifs


Ce que nous ferons :

  • Nous construirons 150 logements locatifs sociaux par an. Il ne s’agit pas de construire plus, mais de construire plus accessible ! (80% des angloys ont droit à un logement social)
  • Nous poursuivrons notre effort pour permettre aux angloys des classes moyennes et populaires d’accéder à la propriété en construisant en 6 ans 200 logements en accession sociale à la propriété.
  • L'éco-quartier du Maharin permettra de loger 270 familles, à proximité des écoles et des commerces
  • Nous lancerons une large concertation pour l’aménagement d’un deuxième écoquartier, à Sutar, quand le désenclavement du quartier sera assuré
 

Anglet, l’avenir avec vous…POUR LA SOLIDARITE


Ce que nous avons fait :

  • Nous avons mis en place l’Epicerie Sociale
  • Nous avons crée le Pôle Solidarité, qui simplifie les démarches des usagers
  • Nous avons augmenté de 20% le nombre d’heures réalisées depuis 2008 par les services de la Ville pour aider les personnes âgées en difficulté
  • Nous avons mis en place de la gratuité des transports en commun pour les personnes en difficulté (retraités non imposables, demandeurs d'emploi sans ressources, bénéficiaires des minima sociaux)
  • Nous avons amélioré l'accessibilité de la ville pour les personnes à mobilité réduite


Ce que nous ferons :

  • Nous créerons un service d’aide aux courses et aux petits déplacements pour les séniors
  • Nous élargirons le service d’aide pour les petits travaux à domicile aux personnes âgées.
  • Nous poursuivrons les efforts pour améliorer l’accessibilité des lieux publics, transports et équipements sportifs aux personnes en situation de handicap
  • Nous mettrons un minibus de la Ville au service des personnes âgées pour les aider dans leurs déplacements (RDV médicaux, marché de Quintaou, bibliothèque, spectacles, …)
  • Nous développerons à la Bibliothèque le service de portage à domicile pour les angloys en difficulté de déplacement.


Voici quelques uns de nos engagements pour construire "Anglet, l'avenir avec vous", pour une ville toujours plus solidaire, agréable à vivre, pour tous, entre toutes les générations.

Partager cet article

Repost 0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 08:44

Après le règne Victor Mendiboure, et avant d’être désavouée par les Angloys en 2008, c’est une droite modérée qui avait tenu la Mairie d’Anglet pendant 3 mandats, avec Michel Bonnet et Robert Villenave, si on met à part le passage éclair d’Alain Lamassoure avorté au bout d’un an. Le RPR, puis l’UMP, pilier de la droite dure, ne servaient alors que de variable d’ajustement et de complément électoral.

L’élection de Jean Espilondo et de son équipe et la dynamique insufflée dans tous les secteurs de la vie de la ville ont changé Anglet. Les bons résultats et le bilan très positif de l’équipe en place inquiètent la droite à l’approche des élections. Fini pour la droite le temps du centrisme bon enfant au ton patelin, voici venu le temps du discours sarkozyste et de l’agitation.

Les "survivants" des équipes centristes du début du siècle et de la fin du précédent, Jacques Veunac, Daniel Dufau, Nicole Darasse, craignant sans doute de ne plus faire rêver les angloys, se drapent dans la bannière de Claude Olive et font allégeance à Max Brisson. Ils reconnaissent eux-mêmes leur faiblesse et l’avouent: “Notre alliance avec l’UMP nous donne assurément plus de chances de victoire”!. Comme si une victoire de l’UMP, qui voguera comme partout sur des discours ambigüs teintés de bleu marine, pouvait être une chance pour Anglet.

Oui les valeurs et les équilibres de la droite angloye se renversent. C’est sans doute le sens de l’information renversante parue dans Sud Ouest du Mardi 10 décembre:” Les centristes derrière Claude Olive” !

Sans compter que quand on est derrière, on n’est pas généralement pas avec...

Partager cet article

Repost 0